Lettres grecques invariables mais …

Dans la partie de vendredi soir, LAMBDAS a été formé (si on avait été à la salle, j’aurais dit « chapeau » car le mot est très difficile à construire) et joué par différents participants, qui n’ont pas réfléchi à la signification de ce mot ou … qui ont flambé ce mot, en se disant que « ça faisait beaucoup de points ». Au risque de me répéter, j’ai hâte de retrouver les conditions de jeu en salle afin de revoir les refus des un(e)s ou les tentatives avortées des autres. Le dindon de la farce (alias bibi) qui s’est refusé le pluriel de ce mot, en ne connaissant pas l’autre signification (le dico est hors de portée, ici 😉 ) tenait à vous faire partager ses recherches en la matière.

Retenez que toutes les lettres grecques sont invariables comme GAMMA (on écrit les rayons GAMMA) ou IOTA (on écrit des IOTA pour désigner de petites quantités) SAUF lorsque ces lettres désignent des noms communs, acceptant le pluriel. Le LAMBDA, fontanelle postérieure du crâne et le SIGMA, particule de physique, peuvent ainsi prendre un S comme cinq autres lettres, qui sont BETA, DELTA, MU, NU et PI ou un X comme TAU.

Le site scrab88 avait recensé les lettres grecques, en donnant cette précision. Merci au webmaster pour son document permettant de réviser les lettres grecques … qui sont invariables, faut-il le rappeler 🙂 ! Il suffit de cliquer ICI.

Mise à jour du 21 février 2021

Bon, 2014, c’est fait, ouf ! Plus que 6 ans à remettre à jour 🙂 ! Plus près de nous, le compte-rendu de la partie explosive de vendredi soir est aussi sur le site.

Comme c’est la fin des vacances, je ramasse les copies : 20/20 à une élève modèle 🙂 qui m’a envoyé l’anagramme de VALENTIN qui est LEVANTIN, qui vient du Levant. D’un point de vue occidental, cette région du monde désigne les côtes de l’Asie, le Proche-Orient et la Méditerranée orientale. L’adjectif levantin peut désigner un peuple ou une nation par exemple. Je ne sais pas si Forgywoman a trouvé, sans aide, l’adjectif de 9 lettres 😉 mais elle m’a envoyé la bonne solution qui est UNIVALENT, synonyme de MONOVALENT, c’est-à-dire désignant un atome qui a une valence égale à , autrement dit un atome auquel un seul atome peut se lier comme chacun sait. Citons le plus connu l’hydrogène mais aussi tous les halogènes (avant-dernière colonne du tableau périodique de Dimitri Mendeleïev), comme le fluor, le brome, le chlore, l’iode, etc …

Bon anniversaire, bonne fête, bon jeu !

En ce 14 février, nous avons tous une pensée pour … Catherine. Non, on ne dira pas son âge mais je donne un indice : elle fait tellement jeune que vous pouvez rajouter 15 ans de plus à votre estimation ! Alors, bon anniv, Catherine et merci pour ton cadeau (c’est le monde à l’envers), le compte-rendu de la partie de vendredi.

Evidemment, je n’oublie pas la fête des amoureux. Le titre vous a permis de saisir que vous allez jouer avec VALENTIN (accepté dans l’ODS8). Pour ne pas décourager Clairette, il n’y aura que deux questions.

  1. VALENTIN a 2 anagrammes, l’un qui est NIVELANT et l’autre qui est un adjectif (indice ci-dessous).

2. Il y a de nombreuses possibilités de poser VALENTIN en appui sur une autre lettre, par exemple, pour former … VALENTINE, mais aussi le féminin de l’adjectif recherché à la question précédente et d’autres verbes comme ALEVINANT, VANILLENT, ENVOILANT ou VENTILANT. Saurez-vous trouver un adjectif en 9 lettres, composé des lettres de VALENTIN et d’une voyelle qui n’est pas un E ? Je ne donne pas d’autres indices car les élèves de Seconde sont censés connaître ce terme de chimie donc pour vous, ce devrait être un jeu d’enfant !

Remarque : Les plus observateurs parmi vous 😉 auront vu que je remets les anciens articles (en les débarrassant des photos compromettantes, ne t’en fais pas, Cécile 🙂 ) pour essayer d’être à jour lors du 7ème anniversaire du Blog, le 4 mars 2021. Un beau challenge mais aussi de jolis souvenirs qu’il me plaît de relire : j’espère que nous partagerons ce plaisir !

Coup de gueule !

Non, désolé, ne comptez pas sur moi pour aller représenter le club de Hiersac à la réunion des Présidents de Clubs qui se déroulera Samedi 14 Février à Saint-Benoît. Pourquoi, me direz-vous ? C’est simple : je m’étais inscrit et en découvrant les documents sur lesquels nous allions discuter, je me suis dit que je n’allais pas (encore une fois) perdre mon temps et mon énergie à lutter contre des moulins à vents. Mais revenons quelques mois en arrière …

A la réunion des présidents de Clubs qui s’est tenue à La Rochefoucauld en Avril 2014, j’ai été sollicité par la Présidente du Comité pour réfléchir à un dépoussiérage de l’annexe relative aux défraiements. Je me suis mis au boulot et ai envoyé (fin Juillet) le document que tout un chacun peut consulter. Ces propositions s’appuyaient sur une étude (approfondie) des us et coutumes des autres comités. J’avais essayé de clarifier la situation en mettant SUR UN PIED D’EGALITE tous les bénévoles qui œuvraient pour ce Comité, c’est-à-dire les membres du bureau (évidemment) mais aussi tous les autres, qu’ils soient arbitres ou ramasseurs de compétition fédérale, en incluant toute personne missionnée par le Comité pour une action spécifique. La porte restait ouverte aux discussions comme par exemple le montant du défraiement du repas (15 €) qui s’alignait sur la plupart des Comités (indemnisation allant de 12 euros à … 25 euros pour la Fédé) ou la possibilité de défrayer les jeunes de moins de 18 ans (20 ou 25 dans certains comités) à l’arbitrage ou au ramassage.

Hélas, un certain nombre de mes propositions n’a pas été retenu et l’AG du Comité s’est prononcée pour un texte pas très engagé, ni très engageant, qui présentait le défaut de laisser place à des zones d’ombre comme  » les indemnisations ne seront versées que sur demande des intéressés … avec les originaux des pièces justificatives si besoin«  . Je ne connaissais pas alors toute la portée de ces derniers mots.

En Décembre, après avoir arbitré la Phase 2, quelle ne fut pas ma surprise de recevoir, quatre jours avant Noël, un joli cadeau avec mel de la trésorière du Comité, me demandant les pièces justificatives pour me défrayer mon repas … pris dans la salle avec les autres joueurs. Même si la somme de 15 € semblait élevée pour un tel repas, il aurait fallu s’en apercevoir un peu avant. Renseignements pris, j’ai appris qu’un autre arbitre de la Phase 2 avait, je le cite, « transmis [sa] feuille d’indemnisation dans les (nouvelles) règles, mais, à ce jour [6 Janvier 2015], [n’avait] eu aucun retour ». Pour être tout à fait honnête, force est de constater que cette décision de couper les vannes n’était pas approuvée par tous les membres du bureau du Comité, certains trouvant  » difficilement compréhensible de favoriser quelqu’un qui va manger au resto par rapport à celui qui préfère la convivialité de la salle » (sic). Comme on ne peut pas changer un texte voté démocratiquement (sauf les dictateurs mais ceux-là ne font pas voter de textes 😉 enfin, je crois), j’ai obtenu gain de cause après avoir dû réclamer (mendier ?) mon dû … et en ai fait profiter mes petits camarades qui ont reçu leur étrennes (pour certains) avant de démarrer le TH de Saint-Jean d’Angély. Merci qui ?

Quel est le rapport avec mon boycott de cette réunion ? C’est très simple ! La fameuse annexe 3 a été complétée par les propositions suivantes : défraiement casse-croûte 10 € (marqué pour une demi-journée de compétition), les clubs organisant les épreuves fédérales ne seront pas indemnisés par le comité et … je garde le meilleur pour la fin, « sera indemnisé le conducteur véhicule de l’arbitre ou du ramasseur (sauf si conjoint joue) et représentant du comité. » Toi comprendre moi ? 🙂

Que penser des 10 € remboursés pour les pauvres (discriminés) contre 15 euros à ceux qui ont les moyens d’aller au restau qui seraient remboursés 15 euros ? Relisez la question car la réponse s’y trouve !

Que signifie « les clubs ne seront pas indemnisés par le Comité » ?  Doit-on comprendre que les joueurs du club qui donne leur journée n’auront plus le défraiement du repas ? Quel signal envoie-t-on aux clubs qui participent à la  vie du Comité en organisant les Phases, les Simultanés nationaux et mondiaux ? Il ne ressortira rien de positif avec ce genre d’injonctions !

J’apprends que l’on indemniserait plus un conducteur mais un véhicule ! Et, comble de la bêtise (j’ai essayé de trouver un synonyme mais je n’ai pas trouvé), il ne faut pas que le conjoint (joueur) se trouve dans la même voiture . Pour rappel, les conjoints sont mariés (code civil) et il faudra donc que le bureau du Comité traque (la chasse a déjà commencé) les couples mariés même ceux qui ne portent pas le même nom : vive le coming-out ! D’ailleurs, les représentants du Comité (les membres du Bureau ?) ne semblent pas concernés par ce changement ! Levez la main les couples mariés (non, les couples illégitimes, baissez la main, vous n’êtes pas concernés !) dont le gars arbitre et la femme joue … sans que l’un ou l’autre fasse partie du bureau du Comité  : oups, on se sent un peu seuls ! Faut pas être parano mais il aurait été plus simple d’écrire carrément : « quand Franck Berry arbitrera et que Claudine Berry jouera cette épreuve, ils ne seront pas remboursés de leurs frais de déplacement car ce sont des voleurs qui profitent du système pour s’en mettre plein les poches » 🙂 Les prochaines fois, on mettra Yanis au volant (on n’est pas marié avec lui) pour gagner encore plus : c’est vraiment ce qui me motive pour aller arbitrer ! Faudra que l’on m’explique la différence avec les arbitres qui emmènent des joueurs de leur club et qui ne sont pas défrayés, comme de bien entendu !

Bon, on aura compris qu’après avoir poussé Arlette vers la sortie, la purge continuait. Pas d’inquiétudes à avoir : l’arbitrage ne m’intéresse pas du tout malgré les sommes folles reçues pendant des années pour faire ce « boulot ». Il y a tellement de bons arbitres qui font la queue que je laisse ma place avec plaisir. Le mot BENEVOLE vient du latin « benevolus » qui signifie « bonne volonté ». Eh bien, la bonne volonté s’est tarie sous les mauvais coups portés par les membres du bureau puisqu’on nous précise que ces propositions ont été faites « après concertation ». Inutile d’insister, je ne ferai pas le même jeu de mots qu’avec con-vivialité ! Y’aura-t-il quelqu’un à cette réunion pour rappeler que l’argent du Comité est le NOTRE et que ce sont les manifestations des clubs ainsi que les licences qui alimentent le « trésor » du Comité ? Permettez-moi d’en douter !

Enfin, je ne veux pas (plus !) me lever tôt pour aller discuter d’une autre grande proposition : dans la série « tous les moyens sont bons pour faire du fric », on peut lire l’ajout suivant «  Offrir ou non le café de bienvenue, est laissé à l’appréciation de chaque organisateur «  . La coupe (pas de café mais plutôt de cigüe, ici) est pleine.

Terminons sur une note positive loin de toute cette petitesse : réservez déjà votre Samedi 18 Avril, on vous montrera (au TH de Hiersac) la signification du mot BIENVENUE !

Phase 3 (25 janvier 2015)

Mais qu’est-ce qu’il trafique ? Ca fait plus d’un mois que la Phase 3 s’est disputée et rien, pas un mot ! C’est tout le temps pareil avec ces profs, i’ z’ont 4 mois de vacances par an, sans compter les jours fériés et les grèves, ils travaillent 15 h par semaine, et c’est même pas capable de prendre un quart d’heure pour écrire un mot sur cette journée. I’ vont moins rigoler quand Marine arrivera au pouvoir en 2017, elle va te les r’mettre au boulot, fissa, ça va leur faire tout drôle à ces feignasses payées grassement avec nos impôts.
Bon, faut pas s’énerver. J’attaque ma deuxième semaine de vacances et il m’a bien fallu, à raison d’une heure de travail par jour, une semaine entière … pour finir de préparer notre bateau amarré actuellement à la Rochelle avant de partir aux Etats-Unis.


Revenons en Charente profonde (pléonasme). Dimanche 25 janvier, après avoir récupéré Jocelyne prise dans les glaces du parking (hyper accueillant) de La Vigerie (les photos parlent d’elles-mêmes), nous avons pris la direction de Saint-Même-Les-Carrières, un des 3 centres du Poitou Charentes, qui organisaient la Phase 3.

Nous avons commencé par une visite de la ville et de ses jolies ruelles (façon détournée de dire que je ne retrouvais plus la salle !) mais sommes arrivés à l’heure. Nous avons été accueillis par Colette Royer qui nous a dit « vous pouvez aller prendre un gâteau et un café. Ils sont offerts, nous on connaît la convivialité ». Tant qu’on est dans les amabilités, on remerciera et on félicitera la pâtissière Joëlle Damilleville qui avait fait tous les gâteaux qui étaient variés mais qui avaient tous la propriété d’être excellents. Merci et bravo, Jojo ! On associera dans les remerciements, les ramasseurs Rémy, Jean-Louis et Jean (oserais-je écrire « le Chaudron Hillairet « yé et » Rouyer), le teneur de tableau Rolf et les arbitres Marthe, Monique, Liliane, Jean et bibi sans lesquels aucune compétition n’est possible (j’espère n’avoir oublié personne) . 
Pour la découverte de la ville, on nous a donné un petit fascicule qui nous parlait des sites remarquables du patrimoine de cette ville et notamment les fameuses carrières de pierre, exploitées dès le VIIIème siècle jusqu’en 1975 (« mille ans d’exploitation qui ont laissé un site ayant un front de taille de 2 km de long, 600 m de large et 90 m de profondeur » dixit la brochure). La pierre a été expédiée dans de nombreux pays et a contribué à la construction de nombreuses églises, dont celle de Saint-Même … Dans ce village, on peut aussi admirer le château (ou ce qu’il en reste), le four banal (avec sa jolie salle voutée), son puits, son lavoir, le dolmen de la Pierre levée, de jolis porches charentais, etc, mais si vous voulez plus de renseignements, demandez à Marie-jeanne, inconditionnelle des trésors que recèle cette ville.
Place à la compétition avec, en plus de nos trois représentantes, 47 joueurs prêts à en découdre pour se qualifier pour aller à la finale à Tours : les favoris logiques étaient Bruno Coudour (sympathique et talentueux jeune de Poitiers), Bernard Proux (qui joue peu mais bien au-dessus de sa deuxième série) et Jean-Luc Le Toquin (qui joue beaucoup et qui glane régulièrement des PP1) avec comme outsiders les Surgériennes Yvonne Allemandou et Sylvie Desmouliers (toutes les deux capables du pire comme du meilleur, non, elles ne sont pas mariées, enfin, je ne crois pas ;-). C’est l’organisateur (enfin, le gars sans crayon rouge pour corriger et qui se rend compte en disant « chrono » qu’il n’a pas de minuteur) alias Jean (vous l’aurez tous reconnu) qui annonce la première partie.

Partie 1 – 3 scrabbles – 23 coups – top : 876

Coup 1 : Déjà – 50 pour 80 % de la salle, qui manque d’R, en se contentant du sous-top PAGENT. Le top, peu connu, désigne un animal marin utilisé dans la cuisine chinoise : TREPANG s’écrit aussi TRIPANG ! A table, c’est prêt ! Miam, miam !

Coup 2 : Badaboum, encore, car RANZ perd 33 points sur un peu visible NITROSEZ (verbe signifiant « commencer à nitrifier, c’est-à-dire à transformer en nitrates).
Coup 4 : Comme me confiera Jean « le travail de sape continue ». Si on ne repère pas la place, on perd encore une quinzaine de points sur JEUNERA, en appui sur le R de NITROSEZ.
Coups 5 à 16 : Plein de points à égarer sur des collantes ou des places peu visibles.
Coup 17 : Le tirage « AEFILOT » ne trouve pas son L pour scrabbler (nom d’une pipe !) mais un D initial, pour le 3ème et dernier scrabble de la partie. Le méchant double-arbitre (alias bibi) a dû rectifier le score d’un bulletin (passé à l’as). Hélas, pour ce joueur « délofait » vaut zéro : il fallait jouer DEFOLIAT … pour 89 points !
Les derniers coups ne sont joués que pour prolonger, inutilement, la partie : le mal est fait !

Sur cette première partie, Claudine (9 points perdus à côté de TREPANG, chapeau !) progresse d’une place (7ème), Denise perdra quelques places (21ème) et Jocelyne (partie de l’avant-dernière place) remontera à la 39ème place, joli ! Les cadors placent déjà la barre très haut : Bruno remporte la partie à – 5 (!), devant Bernard (à – 16) et … Arlette Ballanger   (- 21). On signalera la jolie 5ème place d’Alex Aubrière (lui, je crois qu’il est marié 🙂 mais faudra vérifier) et la 6ème d’Hélène Gourdeau (qui vit dans le péché 😉 nous a-t-elle confié) : ça fait 2 nuances de grey (elle comprendra le clin d’œil) !
Bon, il est temps d’aller manger. Les prolos de Hiersac ont mangé leur sandwich dans la salle tandis que les riches Cognaçais et autres Charentais-Maritimes s’en allaient ripailler au restaurant d’à côté. Une balade, en passant devant les fameuses carrières, nous a permis d’accélérer la digestion.

Franck va lire une partie qui va pourtant rester en travers de la gorge de nombreux joueurs.

Partie 2 – 5 scrabbles – 20 coups – top : 1014 points

Coup 1 : Le tirage « MRANIIG » évoque la petite bourgade de Charente-Maritime, Saint-Maigrin, où habite (habitait ?) un certain Thierry Baudouin, joueur de Hiersac qui n’a plus donné de nouvelles depuis la finale du championnat de France à Vichy … Il ne faut pas s’enflammer et jouer MAIGRI (en préparant les suffixes mais surtout le préfixe A-, plus intéressant que DE-, dans cette configuration).
Coup 6 : Après quelques coups peu sélectifs, ça se corse franchement. Avec « AADEERT » en mains, on peut jouer TARAUDEE (souvenir de la Phase 2 …). Sur les 8 premières tables, 3 n’ont pas scrabblé et aucune n’a dégoté le top bien planqué, READAPTE (+ 9 sur TARAUDEE), le premier A venant devant CAJOUS
Coup 7 : La difficulté augmente encore car, sur les 8 premières tables, seule Claude-Annie Marchand scrabblera avec ALESIEN (d’Alès) ou SALESIEN (pas de « Salès » mais membre de la congrégation fondée par saint Jean Bosco ). La majorité des joueurs perd au moins 40 points.
Coup 8 : Il faut être sûr de son vocabulaire pour trouver et jouer KERATOSE (épaississement de la couche cornée de l’épiderme) gagnant 31 points sur un difficile STOKER ou 34 points sur un plus simple KORES.
Coup 10 : La sortie du premier joker est l’occasion de nonupler avec BECHERAI ou un moins évident EBAHIREZ (joker Z) pour 194 points, nonuple peu sélectif … sauf pour ceux qui ont joué HABLERIE en nonuple (- 36 !)
Coup 11 : Avec « MAUUGIE », pas de TV pour voir un joli MUGUET(AI) GUIMAUVE. Par contre, Claudine s’est mise à ROUMEGUER (= râler dans le Midi) après avoir joué « ruméguai» !
Coup 17 : Hélas, pas de CAP en vue pour jouer DISCUTEZ, DISPUTEZ ou les jolis DEUTZIAS

Coup 18 : Le 5ème et dernier scrabble (DOTAMES) ne change rien sauf pour Arlette qui boira le calice jusqu’à la lie en rendant un fautif « diatomes » (seule la DIATOMEE est jouable).
Coups 19 et 20 : Les 2 derniers coups (LYCEE puis VONT formant LYCEEN) sont pris comme un hommage au lecteur de la partie 😉

Denise, à – 120, s’en sort le mieux parmi les Hiersacaises : au cumul, elle remonte 16ème et se rapproche (un peu …) de Claudine qui rétrograde de 2 places (- 147 sur la partie). Jocelyne se maintient autour de la 40ème place, malgré quelques scories. La partie est gagnée par Robert Blanchon, qui se remet de son piètre début de journée. Au cumul, Bruno garde la tête devant Bernard, tandis que Sylvie, Yvonne et Jean-Luc restent en embuscade.

Partie 3 – 5 scrabbles – 21 coups – top : 981 points
Liliane Crescenzi (plus connue sous le nom de code Speedy90dB) est préposée au juge-arbitrage de cette dernière partie.

Coup 7 : Il faut attendre ce coup pour poser les sept lettres. MANITOUS ou l’anagramme (en quadruple) met le feu au poudre car ce sont les seuls scrabbles, qui gagnent 54 points sur le sous-top, voire 86 points sur un pourtant plausible « atomium », seulement nom propre.

Coup 8 : ENFOUIRA prend 2 points à ENSOUFRA et une vingtaine à FOURNEAU et FRONTEAU.
Coup 9 : Le duo REUNIRARUINERA permet de scrabbler mais ce sont 6 points perdus sur RAINUREE, à oser.
Coup 12 : La sortie du premier joker fait très mal car les scrabbles secs BOULEAU et BOULEUX (cheval court et trapu) ne sont pas aisés à construire ( + 46)
Coup 13 : Le 2ème joker est encore plus sélectif car comment comprendre que derrière BAINS + Q se cachent les affreux NIQABS , qui utilisent un joker I peu naturel en présence … du Q 🙂
Coup 16 : Sur « LENDITE » (à ne pas oser vous dira Claudine après avoir reçu son zéro), on peut jouer DELITENT … et perdre 5 points sur un improbable DELIEMENT. Au fait, le LENDIT ou LANDIT est une foire qui se tenait au mois de juin dans la plaine Saint-Denis, au Moyen Âge.
Coups 17 à 21 : La fin de partie pose moins de problèmes si on prend les bonnes lettres …

Les Hiersacaises ont subi cette partie et on ne donnera pas les scores. Au rayon des satisfactions, on retiendra le maintien de Jocelyne à la 39ème place et surtout la qualification de Claudine, qui fait la barre et accompagnera son mari à Tours pour représenter le club de Hiersac. Sur le centre, les positions resteront quasi identiques : seule, Sylvie (en gagnant la partie à – 31) se distinguera en chipant la 2ème à Bernard mais en restant derrière le grand vainqueur du jour, Bruno (1er aussi sur le Comité !)

Le retour à Hiersac-City se fera par des petites routes permettant de voir la jolie église, illuminée, de Moulidars … Et, ne me dites pas que je cherchais à rejoindre la N141 🙂

Solutions :

Partie 1 : FELLATIO (pas de photo en réserve !)
Partie 2 : DEMAIGRIR (techn, réduire l’épaisseur)
Partie 3 : TINAMOU (oiseau terrestre d’Amérique tropicale, ressemblant à une perdrix, volant très mal et recherché comme gibier)

TH de Saint-Jean d’Angély (Dimanche 18 Janvier 2015)

74 joueurs (seulement !) sont venus de toute la région (et même d’un peu plus loin) pour aller jouer à Saint-Julien de l’Escap (petit bourg jouxtant Saint-Jean d’Angély). Christiane, la Présidente et toute son équipe, nous ont accueillis par un café de bienvenue (donc offert !) avec des petits gâteaux. Ca devient rare ce genre d’accueil en Charente-Maritime alors, saluons comme il se doit, une initiative habituelle à Saint-Jean d’Y, naturelle dans certains endroits mais peu commune dans d’autres ! Si j’avais une petite critique à faire, c’est la place allouée à chaque joueur : avec un tel nombre de joueurs, on aurait pu un peu écarter les joueurs en profitant des tables laissées libres derrière. A bon entendeur, …

Place à la compétition : l’équipe J35 est composée de Denise, Jocelyne, Nicole, Franck et … c’est tout : Claudine faisait du student-sitting auprès de Yanis revenu de La Rochelle pour passer le week-end à Angoulême. Le grand favori est Jacques Fournier mais les outsiders Jacki Parpillon, bibi, Martine Raphel et Jean-Luc Le Toquin vont jouer crânement leur chance.

C’est la chef, Christiane, qui officie pour la première partie.

Regrettant la vingtaine de joueurs en moins par rapport à l’année passée, elle nous gratifie d’un « c’est vrai qu’il y a moins de monde mais les meilleurs sont là ». C’est vrai, j’y étais 🙂

Partie 1 – 23 coups – 4 scrabbles – top : 920

Coup 1 : Dès le départ, on tire le joker. GraVIDE (qui porte un fœtus ou un embryon) est battu par DIVeRGE et DéGIVRE : malgré son placement en H8, ce dernier mot est choisi à cause de l’intransitivité de DIVERGE.

Coup 3 : RACINEES est refusé par de nombreux joueurs, dont Jocelyne spécialiste de jardin. Le caractère transitif se comprend dans le sens « d’orner d’un racinage, dessin imitant la texture du bois sur un livre ou une reliure ». On perd 4 points avec DECERNAS ou un plus difficile DESENCRA.

Coup 5 : STERNAL (relatif au sternum) sur un E permet de jouer STERNALE (!), LANERETS (mâles du faucon lanier), ALTERNES ou le top RESALENT (qui prend bien un seul S). La partie est bien lancée mais on ne sait pas encore que l’on a joué le tiers des scrabbles de la journée !

Coup 7 : EPROM est une collante astucieuse … et un solo de l’ordinateur.

Coup 12 : « INSHRUM » ne trouve pas ses appuis en « O,R,E » !

Coup 13 : « EEROUMT », sur un E, aurait permis de jouer un joli OUTREMER (lapis-lazuli, d’un bleu intense) ou le superbe UROMETRE (appareil qui mesure la densité de l’urine … on passe du bleu au jaune)

Coup 14 : ETOILAI ou ETIOLAI sont les 2 seuls scrabbles qui passent pour le même score. Un joueur, dont on ne donnera pas le nom (visage caché car, je le cite, « il ne m’a pas autorisé à publier son image »), prendra zéro en préfixant ETOILAI (comme notre Jojo !) et se plaindra du piège tendu en choisissant ETOILAI plutôt qu’ETIOLAI, no comment !

Coup 17 : La sortie du deuxième joker aurait pu être sélective avec le tirage « ADEQ?AT » (cherchez le scrabble sec !) qui aurait pu donner DETRAQUA.

Coup 18 : Encore une occasion loupée sur une grille fermée car on a tiré « DDEEABS ». Le top, peu joué, est BASIDE (cellule reproductrice des champignons) ou TABES (prononcer « tabès »), toujours avec un S (comme Egypte, dirait Christiane, coutumière du fait), qui est une atteinte syphilitique de la moelle épinière, caractérisée par une incoordination motrice et de violentes douleurs.

Coup 21 : Franck doit être un des rares joueurs à louper AKAN (-13 avec TANK !). Mes deux voisins, qui ont écrit très vite leur bulletin, m’ont bien paralysé sur ce coup !

D’ailleurs, à propos de voisin, Jacki gagne la partie à – 5, devant Arlette Ballanger (- 12 !) et Jacques (- 13). C’est serré ensuite car les 30 suivants se tiennent en 30 points. Franck est 4ème (ex æquo avec 4 autres joueurs dont Martine), Denise est 15ème à – 31, Jocelyne (67ème) précède de peu Nicole (70ème).

Il est temps d’aller manger en compagnie des sympathiques Hélène (petit clin d’œil à une de mes lectrices), François (qui a sacrément bien joué cette première partie, 9ème à – 24) et Martine. C’est l’occasion de décompresser en refaisant la partie (« avec DIVERGE, il est aisé de DEVIERGER », comprenne qui pourra) ou en apprenant à François (Aubin) qu’AUBINAS a une anagramme … AUBAINS (étrangers qui n’étaient pas naturalisés, et qui étaient privés du droit de tester et d’hériter).

Une balade « au centre-ville de Saint-Julien-de-l’Escap » donc jusqu’à l’église (!) nous permet de digérer. Passons sous silence les exploits de Denise qui ne s’est encore rien cassé (elle corrigera d’elle-même s’il faut mettre un E à cassée !) en 2015 et qui nous montrera ses talents de cascadeuse avec une glissade réceptionnée sur le coude.

Maurice Poinsteau (plus discret et plus sympa, ce sera difficile à trouver !), dont c’était le premier juge-arbitrage, nous souhaite « une belle moisson de points ».

Partie 2 – 23 coups – 2 scrabbles – top : 830

Coup 1 : On démarre avec FERRE, un des nombreux mots de 5 lettres de cette partie !

Coup 2 : On perd 10 points si on doute de la transitivité de TOREER (comme bibi, qui trouvait bizarre de jouer TOREEES)

Coup 5 : Les plus croyants comme Denise, Robert et Arlette connaissent les MISSELS mais pas les MICELLES (globule de très petit diamètre, 50 à 100 Å, regroupant en solution quelques centaines de molécules de tensioactif) qui gagnent 43 points sur MINCES, sans S pour ceux qui ont joué le sous-top !

Coup 6 : Franck dit au revoir aux PP1 sur ce coup. « IIOSA?T » donne 3 nonuples sur N, en 6ème position. Parmi les Hiersacais, Jocelyne sera la seule à sauver l’honneur.

Coups 7 à 13 : Néant ! On pose le Z (au coup 8) pour 18 points avec DILUEZ ou FERRE-Z !!

Coup 14 : « DAATESY » aurait pu donner DRAYATES ou le joli DEPAYSAT, mais non …

Coup 15 : « AAPRSTO » ne trouve pas les lettres d’appui pour jouer, par exemple, PARTOUSA (tout un programme !) ou le plus subtil APOASTRE, point de l’orbite d’un astre le plus éloigné de l’astre autour duquel il gravite (appelé APOGEE pour la Terre ou APHELIE pour le Soleil)

Coup 16 : Une semaine après avoir loupé QUINTO au Simultané Mondial, Franck loupe QUARTO, quel talent ! Jocelyne, malgré son zéro, ne sait toujours pas si « quatro » est jouable 😉

Coup 19 : TUGRIK (+ 24 sur le sous-top), unité monétaire de la Mongolie, surprend de nombreux joueurs.

Coup 20 : Franck voit, au tirage, ALUMINES … qui ne passe pas sur le E (en triple) car le S ne peut se loger. Je joue donc LAMINE sur ce E … pour perdre 3 points sur le top : ALUMINE ! Quelle COURGE, mot qu’on ne pourra pas placer au coup suivant.

Coup 22 : Jacques pense, tout d’un coup, que RAGOUTS passe … mais le mot sort de la grille. Il prend une bulle sur le top à 25 points (ABETIS !) … et termine la partie à – 25 !

Jacki, décidément intenable, gagne la partie à – 3, devant Danielle Jean à – 18 (!!) et Martine à – 20. Franck a souffert (10ème à – 73) mais moins que Denise (27ème à – 140 !). Jocelyne (61ème) et Nicole (71ème) restent dans les mêmes eaux, la preuve ci-dessous.

Au cumul, Jacki mène (à – 8) devant Jacques (- 38) et les inséparables Martine (- 43) et JLLT (- 52). Franck plonge à la 9ème place et Denise aux environs de la 20ème place. Vous devinerez que Jocelyne et Nicole se maintiennent.

Maurice transmet le relais à Bruno, qui paraît toujours avoir le même âge (le sourire rajeunit toujours les visages !)

A la pause, on peut déguster (en les achetant) les excellentes pâtisseries confectionnées par les dames (et les messieurs, peut-être ?) du club. C’est donc le chef-cuisinier, Bruno Fouet, lequel a confectionné le repas du midi (son célèbre boudin-purée a été apprécié), qui tire la partie 3. Disons-le, tout de suite, il n’augmentera pas la moyenne de 3 scrabbles par partie.

Partie 3 – 21 coups – 3 scrabbles – top : 871

Coup 1 : On démarre avec FOVEA (pensez à préparer le S et surtout le L)

Coup 5 : Le premier scrabble dépote. APOTHEME, en appui sur A, est  la perpendiculaire menée du centre vers un côté d’un polygone régulier. Ce scrabble qui gagne 78 points n’est finalement pas trop sélectif devant sauf pour quelques joueurs comme ma voisine Jacqueline Le Courtois, une ancienne collègue, qui me dit « c’est pas comme si j’avais enseigné les maths ! »

Coup 6 : BRIMBALE (du verbe BRIMBALER, secouer) manque d’R … pour scrabbler

Coup 7 : BIBANDE (téléphone portable fonctionnant sur deux fréquences) ne peut se placer et aucun O n’est disponible.

Coup 8 : Il faut rester sage avec le tirage-joker SUUB?GE. Seuls SUBAIGUE (féminin de SUBAIGU), SUBJUGUE et LUGUBRES sont jouables avec ce tirage. On joue … BOUSE pour 35 points !

Coup 14 : Arrivée du deuxième scrabble. RENDRAS est une bonne assurance mais si on est encore plus rusé, on joue RENARDS (+ 2) et les plus malins poseront RENARDES (+ 5) … voire RENARDONS (+ 10)

Coup 16 : La réelle sélection se fera sur le tirage « HOOSSTA ». Bruno fera remarquer qu’après le JOINT placé (fumé ?) au coup précédent, on pose SHOOTAS. Denise le verra, un poil trop tard !

Coup 20 : HANGUL est peu connu. C’est l’alphabet officiel du coréen.

Coup 21 : CLAY (pigeon d’argile pour le tir), le C formant TAC, sera le dernier coup sélectif.

Franck, libéré de la pression des premières tables, gagne la partie à – 4, devant Jacques (- 10) et Monique Leroy (- 23). Denise (14ème), Jocelyne (57ème) et Nicole (68ème) font elles aussi une remontée dans le classement.

C’est Jacki, qui a limité la casse à la partie 3, qui gagne le tournoi devant Jacques (15 points derrière) et Martine, qui a faibli sur cette dernière partie mais qui garde 16 points d’avance sur le dindon de la farce alias bibi ! Denise revient, de justesse, dans sa série. Jocelyne remonte à la 63ème place et Nicole … gagne sa série.  Ce serait petit de rajouter qu’elle est la seule 6ème série alors on se taira !

               Les 4 premiers … et une intruse !   

Après le Grand Prix gagné par Jacki avec un gros STEAK (je suis quand même fier d’avoir trouvé OSTIAK même si ça faisait moins !) et la remise des récompenses, il est temps de manger la galette offerte par nos hôtes. Merci à tout le club de Saint Jean … en particulier à sa présidente qui connaît maintenant l’initiale de Norvège : ce n’est pas un E 🙂

Solutions :

  • Partie 1 : RHENIUMS (métal blanc voisin du manganèse), RHUMIONS, MURRHINS (adj, fait de MURRHE), DEBADGES (priver quelqu’un de la validation de son badge), ADEQUAT, DEBARDES (décharger ou transporter des marchandises), DEBANDES (désolé, je ne connais pas 😉
  • Partie 2 : TISONNAI, OBSTINAI, VOISINAT
  • Partie 3: DEBOBINA

Bonne année 2015

2015 vient, à peine, de démarrer et nous sommes déjà de retour. J’espère que vous êtes en forme avec ce mois de Janvier chargé entre le Simultané Mondial, le festival de Saint-Jean d’Angély et la Phase 3 pour les heureux qualifiés.

Personne n’a envoyé de réponse à mon jeu « ?OYEUXNOEL » (tant pis pour vous !). J’espère que vous auriez trouvé quelques scrabbles à 100 points, comme par exemple LOUvOYE (intransitif), ONdOYEE (transitif) ou ONErEUX. Par contre, auriez-vous trouvé (comme Claudine) au moins une des deux possibilités à 118 points : OXYgENE et XYLENEs. Comme vous le savez, le xylène ou diméthylbenzène est un groupe d’hydrocarbures aromatiques dérivés méthylés du benzène. Il est représenté par trois isomères structuraux : 1,2-diméthylbenzène, 1,3-diméthylbenzène et 1,4-diméthylbenzène (appelés respectivement ortho-diméthylbenzène, méta-diméthylbenzène et para-diméthylbenzène).

Petit rappel utile pour dissiper les vapeurs d’alcool et les remplacer par des vapeurs de xylène (nocif par inhalation …)

Jeu de Noël 2014

Quelques sourires pour passer le cap de fin d’année et se retrouver en 2015

JOYEUX NOEL et BONNE ANNEE 2015 (avec un peu d’avance …)

Allez, une petite devinette pour arriver à 2015 ! Avec le tirage-joker (en 10 lettres …) « ?OYEUXNOEL », essayez de trouver les scrabbles en 7 lettres. C’est déjà très bien si vous trouvez des scrabbles qui font 100 points au premier coup. Si vous connaissez mon domaine de prédilection, vous dégoterez les deux mots de sept lettres qui au premier coup font … 118 points (réponse en 2015).

Phase 2 (14 Décembre 2014)

Il y a déjà une vingtaine de jours (et de degrés en plus …), nous sommes allés à Royan pour la Phase 2. Après avoir récupéré deux joueuses, paumées sur un terrain vague, Denise, Claudine, Colette et Jocelyne, conduites par bibi, se sont dirigées vers la côte. Au fait, le terrain vague, c’est un parking pour le covoiturage, paraît-il : je vous laisse juge …

C’est désormais une habitude : dès que l’on joue, sur la côte charentaise, une épreuve chapeautée par le Comité (à Royan, à Dolus ou à Châtelaillon), on est accueilli (après 150 km de route) par un café … payant ! Il est vrai qu’offrir un café aux quatre-vingt dix joueurs présents entraînerait un sacré manque à gagner. C’est l’époque des vœux : souhaitons, simplement, que les organisateurs des épreuves en 2015 ne restent pas bloqués sur les premières lettres du mot CONVIVIALITE !

Claudine (qui n’a pas dormi de la nuit) a la mauvaise surprise de commencer à la table 1 : Robert, dit le fourbe (pas la peine de téléphoner à la maison, it’s just a joke), a rusé en allant jouer à Poitiers. Colette et Jocelyne discutent chiffons tandis que Denise se cache et attend son heure …

La première partie sera, et de loin, la plus meurtrière de la journée.

Partie 1 – 6 scrabbles – 20 coups – top : 1049

Coup 1 : On démarre tranquillement avec BOUTS en H4. Il faut penser à anticiper ABOUTS (extrémités d’une pièce de bois ou de métal) voire SURBOUTS (seul benjamin), qui sont des pièces de bois pivotantes d’un engin de levage.

Coup 2 : En l’absence de E, certains (ou certaines, n’est-ce pas Denise) tenteront un hypothétique « volutif », qui sera sans conséquence au final, avec un top à 22 points.

Coup 3 : Avec LOUIONS en mains, il est aisé de toper sur un S. On peut perdre quelques points en appui sur un F. Chapeau aux joueurs qui ont dégoté la seule solution non conjuguée … SOLUTION sur un T !

Coup 4: Les premiers négatifs arrivent avec AXEREZ (formant ABOUTS). On limite la casse    (- 12) avec IXEREZ mais FAXEREZ perd déjà 20 points.

Coup 5 : La sortie du premier joker fait perdre 6 points à de nombreux joueurs. CREPIONS (joker C) n’est pas si évident à construire mais que dire des iso-tops en quadruple RIPIENOS (terme musical italien, pour exprimer qu’un passage doit être chanté en chœur ou exécuté par tous les instruments) ou le mot retenu (pour sa rallonge) POTINIER (adj,  adepte des potins).

Coup 8 : Le troisième scrabble décante le classement : DENIVELE gagne 38 points sur le sous-top.

Coup 11: Encore une vingtaine de points qui s’envolent si on ne voit pas la place de MALEKI. Le sous-top (MAKORE) joué par Claudine est un très grand arbre d’Afrique tropicale (Côte d’Ivoire surtout), au bois rosé clair, à grain très fin, utilisé en menuiserie, ébénisterie, placage.

Coup 13 : Le deuxième coup de semonce est un scrabble sec TOSCANE (à bien placer et à oser). ACTERONS en collante sur 5 lettres ne perd que 14 points mais la grande majorité perdra, au bas mot, 30 points.

Coup 14 : Grisés par les scrabbles, de nombreux joueurs joueront « empuent » (préférez EMPUANTI) mais ce tirage ne donne que deux scrabbles sur un R.

Coup 17 : Avec « AAADIRU », Claudine voit le scrabble un poil trop tard. Hélas (pour elle), ce scrabble unique sur un T gagne 53 points sur le sous-top

Coup 18 : La sortie du deuxième joker achève les récalcitrants. Sur une grille bouchée, peu de joueurs trouveront la BRUNETTE. BUDGETER ou BEGUETER (crier en parlant de la chèvre) ne perdent que 2 ou 3 points mais en cette fin de partie, il n’est pas honteux de passer à côté !

Oui, je sais, ça brille mais ça n’explique pas tout : les joueurs auraient pu imiter le tableau 😉

Sur cette première partie, Claudine paiera son manque de sommeil en rétrogradant à la 23ème place (à – 183). Denise perdra aussi quelques plumes (10ème à – 137). Colette sera toute contente de progresser de 2 places. La grande bénéficiaire de cette partie sera Jocelyne qui passera de la table 74 à la place 39 !!! Il est temps d’aller manger : les photos suivantes se passent de commentaires !

Après le passage des dames de service ….

… nous sommes partis digérer en regardant les bateaux mais sans sucer de glaces à l’eau … ce 15 Décembre !

Vous remarquerez qu’il est difficile d’avoir quatre personnes qui regardent dans la même direction, l’objectif de l’appareil-photo par exemple. Déjà 13 h 30 : il est temps de regagner la salle car c’est bibi qui officie !

Partie 2 – 3 scrabbles – 22 coups – top : 828 points

Coup 1 : « Pour 8 points, horizontalement en H5, vous posez OIES » ! Je ne vous donne pas les 22 possibilités de rejoindre la case rouge en H1 mais sachez que sur ces 22 solutions, il y a seulement 3 noms : BAUDROIES, LAMPROIES… et le moins connu MONTJOIES, qui n’est pas seulement le cri des Capétiens (Montjoie Saint Denis !) mais aussi une pierre dressée, une stèle, ou un amoncellement de pierres servant à baliser un chemin de transhumance, un itinéraire de pèlerinage, à marquer la limite d’un territoire, à commémorer une bataille.

Coup 3 : BIQUE est simple à construire pour 34 points. Mais il reste « LIM » en mains : si on connaît (ou on flambe) LIMBIQUE, on peut déjà se frotter les mains (3 sur les 12 premiers). Le système limbique est le nom donné à un groupe de structures du cerveau jouant un rôle très important dans le comportement et en particulier, dans diverses émotions comme l’agressivité, la peur, le plaisir … et, en l’occurrence, il y aura des émotions diverses à l’annonce de ce mot qui prend 60 points au sous-top … BIQUE ! Sur le O, il faut se retenir de scrabbler car seul OMBILIQUE (adj), cher à Jocelyne est valable. Je vous laisse taper, sur un moteur de recherche, ce mot pour avoir les photos correspondant à « pourvu d’un ombilic ».

Coup 7 : Encore une soixantaine de points à perdre avec un scrabble unique en double appui : pas de L pour AULOFEES (= AULOFFEES, mouvements du bateau qui lofe, qui vient au vent) ou B pour BAFOUEES. FOUGEASSE n’est trouvé que par Denise et Mireille Le Guédart dans les douze premiers !

Coup 10 : Troisième … et dernier scrabble de la partie. Le top ENTOILAI est, cette fois, moins sélectif avec NOLISAIT ou INSOLAIT qui perdaient 4 points.

Coup 13 : Nombreux sont les joueurs qui découvrent la nouvelle (enfin, ça fait 2 ans quand même) orthographe de CHOUYA (avec le Y) !

Coup 18 : Encore plus nombreux sont les joueurs qui découvrent le nouveau pluriel d’IDEAL : IDEALS (berk !)

Coups 19 à 22 : La fin de partie est pénible malgré la sortie du deuxième joker à l’avant-dernier coup.

Denise, à – 107, s’en sort le mieux parmi les Hiersacaises : au cumul, elle remonte 4ème de la salle à 36 points de Lassalle … Gilberte (en photo ci-contre), leadeuse (féminin de leadeur !) provisoire de ce centre. Claudine, malgré la perte de deux scrabbles, remonte à la 17ème place. Jocelyne gratte encore 5 places pour se retrouver 34ème (40 places gagnées depuis le matin !). Et, Colette … progresse d’une place !

 Partie 3 – 5 scrabbles – 21 coups – top : 874 points

Les Hiersacaises sont installées, la partie peut commencer. Derrière, Wilfrid, le sympathique président de Royan, à la table 5, attend son heure : ce sera lui le vainqueur sur le centre !

Coup 6 : Il faut attendre ce coup pour poser les sept lettres. DOUCINE, que se refusent de nombreux joueurs, est, en architecture, une moulure à double courbure formée de deux arcs de cercle. Il vaut mieux voir ECONDUIT (qui perd 14 points) car sinon on laisse, au moins, 57 points.
Coup 8 : Colette repère rapidement PIQUETTE (évidemment) qui est le top. Sur ce coup, un O aurait pu donner un POTIQUET (petit pot en Belgique) beaucoup moins connu.
Coup 11 : Le duo MERIDIENMERINIDE (pour la définition de ce dernier mot, faites appel à votre mémoire ) ne sera pas joué. Il faut aller chercher un joli MIKADO sur KA_O déjà posé !
Coup 12 : Gros stress avec LICORNE en mains … implaçable. En fait, les lettres d’appui sont mal placées pour scrabbler. Sur un A, on aurait pu former CLONERAI, ENCLORAI ou le moins connus CALIORNE (gros palan utilisé dans la marine) ou CAROLINE (de Charlemagne) … et c’est tout 🙂
Coup 13 : Il faut vite se remobiliser (si on vient de prendre zéro) pour jouer ASSOCIER en appui sur A. SCIERONS (- 28) est plus simple que CISOIRES (toujours avec un S final), cisailles de tôlier qui ne perd que 15 points.
Coup 14 : Le deuxième joker permet de poser le quatrième scrabble. En formant -AIENT, PAVAIENT vient plus naturellement que le sous-top PARVIENT (- 4).
Coup 15 : Le cinquième et dernier scrabble ENROULA est un cadeau sur un T final. Auriez-vous trouvé les scrabbles en appui sur E, N ou R ?
Coups 16 à 20 : Rien de transcendant si on repère la place d’ANIMEZ qui gagne 34 points sur une jolie MAIZENA.
Coup 21 : Comme ça ne s’invente pas, je vous laisse découvrir le reliquat du coup et le top joué 🙂

Claudine (à – 76, malgré sa bulle) continue sa progression et finira 11ème du centre. Jocelyne résiste bien et garde sa belle 34ème place, synonyme de qualification pour la Phase 3. Denise, malgré la perte d’une place, reste dans le top five. Colette, frustrée de n’avoir pas pu poser l’anagramme de CONDUIRE ou DECURION, évitera (de justesse) le top five … en partant de la fin.

Solutions :

Partie 1 : SOULIONS mieux que FOULIONS ou FLOUIONS, PUREMENT, EMPRUNTE, TARAUDAI (MARAUDAI et RAVAUDAI ne passaient pas)
Partie 3 : ALEURONE (réserve protéique de certaine graines), NEURONAL (adj) et NEORURAL (personne ayant quitté la ville pour s’installer en zone rurale), CONDRIEU (vin blanc des Côtes du Rhône.Nous avons passé une belle journée à Royan. Rendez-vous est déjà pris, avec Claudine, Denise et Jocelyne, le Dimanche 25 Janvier 2015 pour disputer la Phase 3 à Cognac.

 

Simultané VerDiam (Samedi 29 Novembre)

Quatre joueuses (Jocelyne, Colette, Nicole et Denise) étaient engagées au Simultané VerDiam. Dans la soirée, Denise nous a envoyé ce petit reportage.

On ne s’est pas fichu de nous les « Vert-Diam  » (sic) , 2 parties de plus de 1000 points .

La 1° démarre en trombe avec une succession de 5 scrabbles sur les 5 premiers coups, dont un quadruple et un nonuple !!!  Jocelyne paye très cher sa légendaire distraction : elle « oublie  » de mettre le raccord de son nonuple d’où un 0 qui bien sûr la déstabilise tellement qu’elle collectionne par la suite les avertissements. Colette , sur le même coup (tirage : PRU?SSA ) prend le J quand Liliane annonce joker !!! Nicole , elle trouve un nonuple, ce qui bien sûr l’amènera à commenter :  » j’ai bien travaillé  »

En ce qui concerne le vocabulaire , il fallait connaître le verbe NIAISER pour prendre 2 points sur le plus connu DENIAISE et voir le R pour scrabbler avec le tirage IBOUOST . Le sixième (et dernier) scrabble arrive au 10° coup. Avec le tirage ELMIITN, je n’ai pas l’esprit assez belliqueux pour exploser sur le E placé en 8H pour 80 points .

Je me suis contentée d’un plus pacifique MINITEL ( il paraît qu’il y avait aussi ILMENITE m’a dit Gigi ou Arlette ). Le reste de la partie aurait certainement déplu [au Président du Club] : des tas de collantes subtiles et un QUARK qu’il fallait voir (le A transformant VOYEZ en AVOYEZ)

La suite serait délectable, Malheureusement je ne peux,
Pas la dire et c’est regrettable, Ça nous aurait fait rire un peu.

Ben oui, Denise s’est arrêtée, à ce niveau. Elle nous confi… era que la confi … ture de Pierrette aux fraises était très bonne. D’ailleurs, à propos de fraises, aucun joueur du centre ne trouvera le seul (humour !) scrabble avec les lettres « PNRLHIE ». Même en donnant la lettre d’appui O, ce mot est toujours très difficile à construire. Denise, première de la première partie, un point devant Robert, perdra toute illusion sur la perte du scrabble EMIATES (ou TAMISEE).

Denise termine en donnant les résultats de l’équipe : sur 21 joueurs , Denise finit 2° derrière Robert , Colette 16° , Jocelyne 19° et Nicole 21°.

Solutions : BOUTOIRS, ORPHELIN