Archives de la catégorie: 2014

Jeu de Noël 2014

Quelques sourires pour passer le cap de fin d’année et se retrouver en 2015

JOYEUX NOEL et BONNE ANNEE 2015 (avec un peu d’avance …)

Allez, une petite devinette pour arriver à 2015 ! Avec le tirage-joker (en 10 lettres …) « ?OYEUXNOEL », essayez de trouver les scrabbles en 7 lettres. C’est déjà très bien si vous trouvez des scrabbles qui font 100 points au premier coup. Si vous connaissez mon domaine de prédilection, vous dégoterez les deux mots de sept lettres qui au premier coup font … 118 points (réponse en 2015).

Phase 2 (14 Décembre 2014)

Il y a déjà une vingtaine de jours (et de degrés en plus …), nous sommes allés à Royan pour la Phase 2. Après avoir récupéré deux joueuses, paumées sur un terrain vague, Denise, Claudine, Colette et Jocelyne, conduites par bibi, se sont dirigées vers la côte. Au fait, le terrain vague, c’est un parking pour le covoiturage, paraît-il : je vous laisse juge …

C’est désormais une habitude : dès que l’on joue, sur la côte charentaise, une épreuve chapeautée par le Comité (à Royan, à Dolus ou à Châtelaillon), on est accueilli (après 150 km de route) par un café … payant ! Il est vrai qu’offrir un café aux quatre-vingt dix joueurs présents entraînerait un sacré manque à gagner. C’est l’époque des vœux : souhaitons, simplement, que les organisateurs des épreuves en 2015 ne restent pas bloqués sur les premières lettres du mot CONVIVIALITE !

Claudine (qui n’a pas dormi de la nuit) a la mauvaise surprise de commencer à la table 1 : Robert, dit le fourbe (pas la peine de téléphoner à la maison, it’s just a joke), a rusé en allant jouer à Poitiers. Colette et Jocelyne discutent chiffons tandis que Denise se cache et attend son heure …

La première partie sera, et de loin, la plus meurtrière de la journée.

Partie 1 – 6 scrabbles – 20 coups – top : 1049

Coup 1 : On démarre tranquillement avec BOUTS en H4. Il faut penser à anticiper ABOUTS (extrémités d’une pièce de bois ou de métal) voire SURBOUTS (seul benjamin), qui sont des pièces de bois pivotantes d’un engin de levage.

Coup 2 : En l’absence de E, certains (ou certaines, n’est-ce pas Denise) tenteront un hypothétique « volutif », qui sera sans conséquence au final, avec un top à 22 points.

Coup 3 : Avec LOUIONS en mains, il est aisé de toper sur un S. On peut perdre quelques points en appui sur un F. Chapeau aux joueurs qui ont dégoté la seule solution non conjuguée … SOLUTION sur un T !

Coup 4: Les premiers négatifs arrivent avec AXEREZ (formant ABOUTS). On limite la casse    (- 12) avec IXEREZ mais FAXEREZ perd déjà 20 points.

Coup 5 : La sortie du premier joker fait perdre 6 points à de nombreux joueurs. CREPIONS (joker C) n’est pas si évident à construire mais que dire des iso-tops en quadruple RIPIENOS (terme musical italien, pour exprimer qu’un passage doit être chanté en chœur ou exécuté par tous les instruments) ou le mot retenu (pour sa rallonge) POTINIER (adj,  adepte des potins).

Coup 8 : Le troisième scrabble décante le classement : DENIVELE gagne 38 points sur le sous-top.

Coup 11: Encore une vingtaine de points qui s’envolent si on ne voit pas la place de MALEKI. Le sous-top (MAKORE) joué par Claudine est un très grand arbre d’Afrique tropicale (Côte d’Ivoire surtout), au bois rosé clair, à grain très fin, utilisé en menuiserie, ébénisterie, placage.

Coup 13 : Le deuxième coup de semonce est un scrabble sec TOSCANE (à bien placer et à oser). ACTERONS en collante sur 5 lettres ne perd que 14 points mais la grande majorité perdra, au bas mot, 30 points.

Coup 14 : Grisés par les scrabbles, de nombreux joueurs joueront « empuent » (préférez EMPUANTI) mais ce tirage ne donne que deux scrabbles sur un R.

Coup 17 : Avec « AAADIRU », Claudine voit le scrabble un poil trop tard. Hélas (pour elle), ce scrabble unique sur un T gagne 53 points sur le sous-top

Coup 18 : La sortie du deuxième joker achève les récalcitrants. Sur une grille bouchée, peu de joueurs trouveront la BRUNETTE. BUDGETER ou BEGUETER (crier en parlant de la chèvre) ne perdent que 2 ou 3 points mais en cette fin de partie, il n’est pas honteux de passer à côté !

Oui, je sais, ça brille mais ça n’explique pas tout : les joueurs auraient pu imiter le tableau 😉

Sur cette première partie, Claudine paiera son manque de sommeil en rétrogradant à la 23ème place (à – 183). Denise perdra aussi quelques plumes (10ème à – 137). Colette sera toute contente de progresser de 2 places. La grande bénéficiaire de cette partie sera Jocelyne qui passera de la table 74 à la place 39 !!! Il est temps d’aller manger : les photos suivantes se passent de commentaires !

Après le passage des dames de service ….

… nous sommes partis digérer en regardant les bateaux mais sans sucer de glaces à l’eau … ce 15 Décembre !

Vous remarquerez qu’il est difficile d’avoir quatre personnes qui regardent dans la même direction, l’objectif de l’appareil-photo par exemple. Déjà 13 h 30 : il est temps de regagner la salle car c’est bibi qui officie !

Partie 2 – 3 scrabbles – 22 coups – top : 828 points

Coup 1 : « Pour 8 points, horizontalement en H5, vous posez OIES » ! Je ne vous donne pas les 22 possibilités de rejoindre la case rouge en H1 mais sachez que sur ces 22 solutions, il y a seulement 3 noms : BAUDROIES, LAMPROIES… et le moins connu MONTJOIES, qui n’est pas seulement le cri des Capétiens (Montjoie Saint Denis !) mais aussi une pierre dressée, une stèle, ou un amoncellement de pierres servant à baliser un chemin de transhumance, un itinéraire de pèlerinage, à marquer la limite d’un territoire, à commémorer une bataille.

Coup 3 : BIQUE est simple à construire pour 34 points. Mais il reste « LIM » en mains : si on connaît (ou on flambe) LIMBIQUE, on peut déjà se frotter les mains (3 sur les 12 premiers). Le système limbique est le nom donné à un groupe de structures du cerveau jouant un rôle très important dans le comportement et en particulier, dans diverses émotions comme l’agressivité, la peur, le plaisir … et, en l’occurrence, il y aura des émotions diverses à l’annonce de ce mot qui prend 60 points au sous-top … BIQUE ! Sur le O, il faut se retenir de scrabbler car seul OMBILIQUE (adj), cher à Jocelyne est valable. Je vous laisse taper, sur un moteur de recherche, ce mot pour avoir les photos correspondant à « pourvu d’un ombilic ».

Coup 7 : Encore une soixantaine de points à perdre avec un scrabble unique en double appui : pas de L pour AULOFEES (= AULOFFEES, mouvements du bateau qui lofe, qui vient au vent) ou B pour BAFOUEES. FOUGEASSE n’est trouvé que par Denise et Mireille Le Guédart dans les douze premiers !

Coup 10 : Troisième … et dernier scrabble de la partie. Le top ENTOILAI est, cette fois, moins sélectif avec NOLISAIT ou INSOLAIT qui perdaient 4 points.

Coup 13 : Nombreux sont les joueurs qui découvrent la nouvelle (enfin, ça fait 2 ans quand même) orthographe de CHOUYA (avec le Y) !

Coup 18 : Encore plus nombreux sont les joueurs qui découvrent le nouveau pluriel d’IDEAL : IDEALS (berk !)

Coups 19 à 22 : La fin de partie est pénible malgré la sortie du deuxième joker à l’avant-dernier coup.

Denise, à – 107, s’en sort le mieux parmi les Hiersacaises : au cumul, elle remonte 4ème de la salle à 36 points de Lassalle … Gilberte (en photo ci-contre), leadeuse (féminin de leadeur !) provisoire de ce centre. Claudine, malgré la perte de deux scrabbles, remonte à la 17ème place. Jocelyne gratte encore 5 places pour se retrouver 34ème (40 places gagnées depuis le matin !). Et, Colette … progresse d’une place !

 Partie 3 – 5 scrabbles – 21 coups – top : 874 points

Les Hiersacaises sont installées, la partie peut commencer. Derrière, Wilfrid, le sympathique président de Royan, à la table 5, attend son heure : ce sera lui le vainqueur sur le centre !

Coup 6 : Il faut attendre ce coup pour poser les sept lettres. DOUCINE, que se refusent de nombreux joueurs, est, en architecture, une moulure à double courbure formée de deux arcs de cercle. Il vaut mieux voir ECONDUIT (qui perd 14 points) car sinon on laisse, au moins, 57 points.
Coup 8 : Colette repère rapidement PIQUETTE (évidemment) qui est le top. Sur ce coup, un O aurait pu donner un POTIQUET (petit pot en Belgique) beaucoup moins connu.
Coup 11 : Le duo MERIDIENMERINIDE (pour la définition de ce dernier mot, faites appel à votre mémoire ) ne sera pas joué. Il faut aller chercher un joli MIKADO sur KA_O déjà posé !
Coup 12 : Gros stress avec LICORNE en mains … implaçable. En fait, les lettres d’appui sont mal placées pour scrabbler. Sur un A, on aurait pu former CLONERAI, ENCLORAI ou le moins connus CALIORNE (gros palan utilisé dans la marine) ou CAROLINE (de Charlemagne) … et c’est tout 🙂
Coup 13 : Il faut vite se remobiliser (si on vient de prendre zéro) pour jouer ASSOCIER en appui sur A. SCIERONS (- 28) est plus simple que CISOIRES (toujours avec un S final), cisailles de tôlier qui ne perd que 15 points.
Coup 14 : Le deuxième joker permet de poser le quatrième scrabble. En formant -AIENT, PAVAIENT vient plus naturellement que le sous-top PARVIENT (- 4).
Coup 15 : Le cinquième et dernier scrabble ENROULA est un cadeau sur un T final. Auriez-vous trouvé les scrabbles en appui sur E, N ou R ?
Coups 16 à 20 : Rien de transcendant si on repère la place d’ANIMEZ qui gagne 34 points sur une jolie MAIZENA.
Coup 21 : Comme ça ne s’invente pas, je vous laisse découvrir le reliquat du coup et le top joué 🙂

Claudine (à – 76, malgré sa bulle) continue sa progression et finira 11ème du centre. Jocelyne résiste bien et garde sa belle 34ème place, synonyme de qualification pour la Phase 3. Denise, malgré la perte d’une place, reste dans le top five. Colette, frustrée de n’avoir pas pu poser l’anagramme de CONDUIRE ou DECURION, évitera (de justesse) le top five … en partant de la fin.

Solutions :

Partie 1 : SOULIONS mieux que FOULIONS ou FLOUIONS, PUREMENT, EMPRUNTE, TARAUDAI (MARAUDAI et RAVAUDAI ne passaient pas)
Partie 3 : ALEURONE (réserve protéique de certaine graines), NEURONAL (adj) et NEORURAL (personne ayant quitté la ville pour s’installer en zone rurale), CONDRIEU (vin blanc des Côtes du Rhône.Nous avons passé une belle journée à Royan. Rendez-vous est déjà pris, avec Claudine, Denise et Jocelyne, le Dimanche 25 Janvier 2015 pour disputer la Phase 3 à Cognac.

 

Simultané VerDiam (Samedi 29 Novembre)

Quatre joueuses (Jocelyne, Colette, Nicole et Denise) étaient engagées au Simultané VerDiam. Dans la soirée, Denise nous a envoyé ce petit reportage.

On ne s’est pas fichu de nous les « Vert-Diam  » (sic) , 2 parties de plus de 1000 points .

La 1° démarre en trombe avec une succession de 5 scrabbles sur les 5 premiers coups, dont un quadruple et un nonuple !!!  Jocelyne paye très cher sa légendaire distraction : elle « oublie  » de mettre le raccord de son nonuple d’où un 0 qui bien sûr la déstabilise tellement qu’elle collectionne par la suite les avertissements. Colette , sur le même coup (tirage : PRU?SSA ) prend le J quand Liliane annonce joker !!! Nicole , elle trouve un nonuple, ce qui bien sûr l’amènera à commenter :  » j’ai bien travaillé  »

En ce qui concerne le vocabulaire , il fallait connaître le verbe NIAISER pour prendre 2 points sur le plus connu DENIAISE et voir le R pour scrabbler avec le tirage IBOUOST . Le sixième (et dernier) scrabble arrive au 10° coup. Avec le tirage ELMIITN, je n’ai pas l’esprit assez belliqueux pour exploser sur le E placé en 8H pour 80 points .

Je me suis contentée d’un plus pacifique MINITEL ( il paraît qu’il y avait aussi ILMENITE m’a dit Gigi ou Arlette ). Le reste de la partie aurait certainement déplu [au Président du Club] : des tas de collantes subtiles et un QUARK qu’il fallait voir (le A transformant VOYEZ en AVOYEZ)

La suite serait délectable, Malheureusement je ne peux,
Pas la dire et c’est regrettable, Ça nous aurait fait rire un peu.

Ben oui, Denise s’est arrêtée, à ce niveau. Elle nous confi… era que la confi … ture de Pierrette aux fraises était très bonne. D’ailleurs, à propos de fraises, aucun joueur du centre ne trouvera le seul (humour !) scrabble avec les lettres « PNRLHIE ». Même en donnant la lettre d’appui O, ce mot est toujours très difficile à construire. Denise, première de la première partie, un point devant Robert, perdra toute illusion sur la perte du scrabble EMIATES (ou TAMISEE).

Denise termine en donnant les résultats de l’équipe : sur 21 joueurs , Denise finit 2° derrière Robert , Colette 16° , Jocelyne 19° et Nicole 21°.

Solutions : BOUTOIRS, ORPHELIN

Phase 1 (Samedi 8 Novembre 2014)

La Phase 1 s’est déroulée le samedi 8 Novembre. parmi les trois joueuses qui représentaient le club de Hiersac, Colette a bien voulu envoyer ses premières impressions à chaud. Qu’elle en soit, ici, remerciée !

Partie 1: Les mots les moins courants ont été ZAMBIEN, EFENDIS et LIPOIDE. A un poil près, je faisais un scrabble avec PILOSITE mais je n’ai pas vu le T d’appui. Jocelyne, plus futée, a tout arraché avec EPILIONS. J’ai fait un solo avec RETRAYES pour faire plaisir à Marie-Jeanne, je connais la définition et je l’ai joué !!
Partie 2 : Après avoir noté TYPEES, j’ai préféré assurer avec PAYEES, ça m’a coûté moins 14 ! Je ne connais que le MISSEL, c’est MICELLE qui est sorti. Grâce à Dieu, je n’ai rien perdu sur ce coup. J’ignorais le verbe SABLONNER et là je me suis bien enfoncée en perdant 66 points ! Je n’ai pas joué ROCOU, je trouvais que « roucou » était plus poétique, ça chante mieux comme les colombes ! Mon seul regret, j’aurais pu faire un deuxième solo avec DECRUSAI, je n’ai pas vu le A d’appui … mais je n’ai perdu que 16 points !
Au fait, la confiture d’abricots était très bonne !

NDLR : RETRAYE,E est une personne contre laquelle s’exerce le retrait successoral (par opposition au RETRAYANT). Par contre, le « roucou » n’est pas (encore) accepté par l’ODS, alors que c’est une espèce d’arbustes des régions d’Amérique tropicale. On l’appelle aussi urucum (au Brésil), achiote (en Bolivie et au Nicaragua), rocouyer ou arbre rouge à lèvre. Il tire son nom de la langue des Tupis qui le nomment urucu ; en anglais et en espagnol il se nomme achiote (nom tiré du nahuatl). Ses fleurs sont roses et il donne des fruits rouges à épines remplis de graines, rouges elles aussi. Son fruit, le rocou n’est pas comestible. Il est récolté puis séché pour en extraire la cire, qui entoure les graines, très riche en caroténoïdes.

PS : Aux dernières nouvelles, Colette serait dans le bon wagon pour la Phase 2, avec Jocelyne, dépassant la barre de 5 ou 6 points. Quel talent !

TH de Saint-Junien (19 Octobre 2014)

Le club des 5 s’était donné RDV de bonne heure pour partir d’Angoulême, à 8 h tapantes, pour aller disputer le tournoi de Saint-Junien en triplex avec les villes de Montbartier (dans le Tarn-et-Garonne) et de Roquefort-des-Corbières (dans l’Aude), charmant village peu éloigné de la réserve africaine de Sigean (à visiter si l’occasion se présente).

Le Scénic était donc occupé par Colette (joueuse qui privilégie l’esthétique du jeu sur l’efficacité mais qui connaît la signification des mots … qu’elle ne joue pas), Jocelyne (dite tête-en-l’air mais qui fait travailler sa mémoire en n’ayant jamais fait de brouillon … depuis sa tendre enfance), Denise (casse-cou qui arrive à réaliser de belles figures en haut de son escabeau ou de l’échelle … se terminant le plus souvent à l’hosto), Claudine (joueuse rusée descendue en troisième série pour rafler tous les prix, comme des chèques … ou des coupes, berk !) et Franck (conducteur capable de passer par Limoges, 30 km après Saint-Junien … et d’arriver à l’heure !)

Cette année, nous avons pris nos précautions et sommes arrivés à 9 h (!), soit 45 minutes avant le début théorique de la première partie. Le nouveau président de Saint-Junien, Christian Sevin nous accueille chaleureusement avec gâteaux et boissons offerts (… toute la journée). On voit arriver les copines et les copains … de Charente et de Poitiers (on ne t’oublie pas Martine 🙂 En fait, sur les 57 joueurs présents (assemblée peu fournie en comparaison des 96 joueurs de l’année passée), on compte 20 joueurs charentais, soit plus du tiers de l’effectif. Il semble que de nombreux joueurs de l’Aquitaine et du Limousin aient boudé ce sympathique tournoi et je ne pense pas que la proximité de la qualif Vermeils (la veille) ou la simultanéité du tournoi de Niort (62 joueurs) expliquent cette relative désaffection. C’est dommage que des joueurs (et en particulier les hautes séries) ne se déplacent que pour des quadruplex ou des quintuplex pouvant rassembler des dizaines de premières et deuxièmes séries car le manque à gagner sur un tournoi annuel peut vite déséquilibrer la trésorerie de petits clubs. Bon, c’est dit, les absents ont eu tort, vous pouvez le voir à ces mines réjouies.

Vous aurez reconnu (ou pas) les deux CB entourant la DJ, au-dessous, Gigi et Robby encerclant Cloclo puis, Martine (adepte de Montesquieu) et Monique (la prof de Physique reconnaissable à sa voix de stentor et à son rire tonitruant) et enfin, Jocelyne (déjà perdue dans ses pensées … jaunes et violettes) et Franck (rigolard après avoir entendu des histoires de fosses nasales) devant Martine (la conteuse d’histoires), toute contente de m’avoir piqué les pensées, qui devaient lui porter chance dans la partie 1 😉

Partie 1 tirée à Saint-Junien par Christian Sevin – 19 coups – 6 scrabbles – top : 984 points

Après quelques réglages techniques (ordinateurs capricieux, placement des joueurs, …), Christian lance le tournoi, avec un tirage d’actualité : il est 10 h 05 ….

Coup 1 : « TA…EBOLA » – Tu parles d’un accueil ! On a le choix entre BATELA, OBLATE (OBLAT,E : laïc qui vit dans une communauté religieuse) et le verbe ABLATE placé en H3 (évidemment …), qui signifie transformer progressivement un matériau par décomposition, fusion, vaporisation, sublimation ou érosion.

Coup 2 : C’est le début d’une série de 5 scrabbles. On peut jouer LOUVASSE (du verbe LOUVER, soulever avec une pince à deux branches) ou OVULASSE, mais on optimise avec SOULEVAS.

Coup 3 : L’arrivée du premier joker permet de jouer un difficile quadruple RePLACA mais ce sont 29 points perdus sur PACQUERA (= PAQUERA, mettre du poisson salé en baril) vu la veille par les anciens, sans le C … et qu’il fallait oser.

Coup 4 : FROLAIT ne posait pas problème même si on était d’abord tenté par FOLATRAI.

Coup 5 : DESIREE, SIDEREE ou DIERESE (Denise vous expliquera ce que c’est) ne sont pas plaçables. On peut assurer 72 points sur un C avec DECRIEES. On gagne quelques points en appui sur le P, en jouant PRESIDEE ou le plus difficile PERSEIDE voire le top DEPRISEE (= déprécier). Il ne faut surtout pas jouer « dépéries », vous expliquera la philosophe Martine, confondant avec DEFLEURIES.

Coup 6 : Le dernier écueil (de la série) est un tirage, a priori, anodin « AEEOITL » qui débouche sur un scrabble unique AEROLITE (= AEROLITHE, météorite), sur un R bien planqué, qui ne permettait pas de jouer les plus simples ETOILERA ou ETIOLERA.

Coup 8 : SOUCIES en quadruple est difficile à voir avec un tirage à scrabble (« EOUIGSS ») qui aurait pu donner ROUGISSE ou VIGOUSSE, connu par Colette car c’est utilisé en Suisse comme synonyme de vigoureux, tout un programme …

Coup 11 : Le deuxième tirage-joker (IINN?RG) permet de scrabbler de nouveau sur un E. On peut jouer NIGERIEN, INGENIER ou le peu connu ARGININE, acide aminé qui stimule la circulation sanguine, fortifie le système immunitaire et influe de façon positive sur la libido masculine (c’est prouvé scientifiquement) ou encore gagner 2 points avec le top INDIGNER

Coup 12 : Un PANDA vertical devance un ZAIN (caractérise un cheval au poil uniforme et sans aucune marque blanche) horizontal.

Coup 13 : « DIUHOMF » peut faire penser (pour les plus tordus d’entre nous) à HUMIDIFIONS … en quadruple appui. D’ailleurs, on joue … HO !

Coup 14 : La partie à thème se poursuit car il ne faut pas s’arrêter au MINOU et peu de joueurs pousseront ( … leurs recherches) jusqu’au FION en collante intégrale !

Coup 15 : DRUMMER (= DRUMMEUR) ne trouve pas sa place. Ce joueur de batterie aurait cassé l’ambiance (pour les joueurs qui ne connaissent pas) mais il faut se contenter d’un KURDE (pour 53 points). Claudine ne voit pas le KURDE et tente un hypothétique « empacquerai », qui lui coûtera la première place au général à la fin des 3 parties.

Coup 19 : Le dernier coup sera largement loupé (notamment par bibi) car il fallait avoir anticipé la rallonge E-MEUT pour gagner au moins 9 points sur des mots placés ailleurs.

La partie se termine à … 12 h ! En fait, entre chaque coup, Christian devait attendre que la ramasseuse apporte les billets d’avertissement aux joueurs avant de pouvoir annoncer la solution car cette sympathique et courageuse ramasseuse (salut Monique !) s’occupait aussi d’un tableau. Il faudra, sans doute, l’année prochaine revoir la distribution des rôles pour une meilleure fluidité de la partie …

Sur le centre de Saint-Junien, Franck gagne la partie (à – 28) devant Patricia Renaud de Cognac (- 73) et Claudine (- 82). Les autres favoris ou outsiders ont un peu souffert car Robby, Denise et Martine reculent respectivement aux places  7, 13 et 17. On signalera les beaux résultats du jeune Guillaume d’Angoulême (10ème) et surtout de Jocelyne (20ème).

Bon, il est temps d’aller manger : la petite bande de Hiersac, accompagnée de Martine, va décliner, de différentes manières, dans un décor bucolique, la toile de Manet avec un « déjeuner sur l’herbe » pour les uns et « déjeuner sur le banc » pour les autres, en particulier pour la « dame au chapeau », alias Colette …

Les tomates-cerises du jardin de Denise, le gâteau au caramel (non alcoolisé, paraît-il) de Jocelyne et le bon café de Colette (servi dans des tasses en porcelaine de Limoges, mazette !) ont bien calé les estomacs.

Il est temps de reprendre le chemin de la salle (petit clin d’œil à Gigi … Lassalle ci-dessus). Le vainqueur de la première partie (pas superstitieux pour un sou), pourtant prévenu par des signes qui ne trompent pas, ne sait pas encore qu’il laissera des plumes dans l’après-midi.

Après un tirage au sort permettant de faire gagner des lots au hasard à quelques joueurs … et aussi d’en distribuer (!) aux arbitres ou aux ramasseurs, la deuxième partie débute : elle sera lue par Jean-Paul Garcia, le président du club de Limoges.

Partie 2 tirée à Montbartier (82) par Serge Delhom – 22 coups – 4 scrabbles – top : 908 points

Coup 1 : JOIES réjouit de nombreux joueuses (par exemple, la dame au chapeau à essayer de retrouver ci-dessous), heureuses d’être au top, la preuve …

Coup 3 : Nous sommes nombreux à apprendre PULA, unité monétaire du Botswana.

Coup 6 : C’est LE coup sélectif de la partie. Le tirage « AARRULT » ne donne qu’un scrabble unique, qui prend 34 points sur le sous-top TALA (et non « tal », c’est compris Jocelyne ?)

Coup 7 : Dans la foulée, CREVOTA sur S ou T, qui gagne 73 points si on ne scrabble pas, finit d’achever les récalcitrants.

Coup 9 : Il faut être sûr de FRISAGES (ou bien kamikaze) pour gagner 2 points sur un plus simple FIGEASSE. Je vous donne mon raisonnement sur ce coup : « comme il y a AGRESSIF, il ne faut pas jouer FRISAGES » !

Coup 10 : Il manquait un I pour lire (sur le grand écran) des FANZINES, bien connus des Angoumoisins.

Coup 11 : Cette fois, c’est un T qui fait défaut pour construire le peu visible (mais souvent bruyant) MATAMORE.

Coup 13 : Le deuxième tirage-joker (AD?LEER) permet de nombreux scrabbles à 70 points mais ce sont encore 7 points perdus sur RUDERALE (qualifie les plantes qui poussent spontanément dans les friches, les décombres le long des chemins, souvent à proximité des lieux habités par l’homme). Peut-être que c’était un solo dans la salle mais aucun solo n’a été annoncé, bizarre, bizarre ! J’ose espérer que le double-arbitre a ouvert l’œil …

Coup 20 : Des SIOUX, pourtant pas planqués, prennent 33 points à des POUX … au même endroit.

Coup 21 : Il faut abandonner rapidement la recherche du scrabble (malgré le joli tirage « PONDIES ») pour penser à jouer le long de SIOUX : PENSAI prend 6 points sur un plus visible EVIDONS

Sur le centre de Saint-Junien, Franck gagne la partie (à – 9) devant Bruno Boulay de Périgueux (- 25) et … Claudine (- 34).  On signalera le beau résultat de Colette, 22ème sur la partie (CREVOTAS l’a bien boostée 🙂 Au cumul, Franck reste 1er avec 79 points d’avance sur sa tendre et douce (alias Claudine, faut suivre un peu !) et 96 points sur Raymonde Berthaud d’Angoulême. D’ailleurs, les Angoumoisins se sont ressaisis avec Gigi, qui pointe à la quatrième place, Arlette, 7ème et Robert 8ème ! Denise reste dans le coup en étant 9ème, Jocelyne se maintient à la 23ème place et Colette remonte presque dans les 40 premiers.

Après un dernier bain de soleil passé à se demander les différences entre TALE (du verbe TALER = faire des meurtrissures sur des fruits en les heurtant), THALLE (appareil végétatif des végétaux inférieurs comme les champignons, les algues ou les lichens), TALLE (nouvelle pousse émergeant d’un bourgeon au pied d’une plante ), TALLER (verbe à p.p.inv. qui signifie favoriser la croissance d’une plante graminée en donnant naissance à de nouvelles talles) et THALER (ancienne pièce de monnaie en argent apparue au milieu du XVe siècle, qui circula en Europe pendant près de quatre cents ans et qui donna son nom au « dollar »), nous sommes d’attaque pour aborder la dernière partie.

Partie 3 tirée à Roquefort-Des-Corbières par Nicole LUYTEN – 22 coups – top : 884 points

La partie est lue à Saint-Junien par une joueuse de Brive, dont je n’ai pas retenu le nom (désolé !) mais qui semble un peu tête-en-l’air car de temps en temps, elle oubliait le micro pour annoncer le temps restant (d’où la surprise des sourdes et malentendantes, qui se reconnaîtront !) et la plupart du temps, elle donnait le score sans prononcer « points » ce qui est, pour le moins surprenant …

Coup 1 :  ELISENT est un cadeau MAIS pourquoi l’avoir placé en H2 ? En H4, la rallonge évidente R-ELISENT ne bouchait pas la colonne 1 et surtout aurait permis de jouer de nombreux benjamins en H1 ! Si vous en trouvez 3 sur les 6 possibles, ce n’est pas mal (les solutions sont données ci-dessous).

Coup 2 : DATURA prend 3 points à DARDAT (formant RELISENT). Le datura est une plante très toxique (encore un signe prémonitoire !) qui contient de nombreux alcaloïdes dont certains ont des effets hallucinogènes importants. On le surnomme herbe-aux-fous, chasse-taupe, herbe du diable, endormeuse, pomme poison, trompette des anges ou trompette de la mort et pourtant que les fleurs sont jolies …

Coup 3 : ARKOSE (variété de grès), en collante le long de DATURA, va placer un A en A2 pour ouvrir le nonuple : le piège est tendu comme le datura attend sa proie …

Coup 4 : « Vous prenez 7 nouvelles lettres : R-N-S-C-A-U-L, chrono ! » Au bout d’une minute, je trouve LANCEURS (64 points comme LUCARNES, pas vu) puis au bout de 2 minutes, j’arrive sur INCLURAS (72 points) et maintenant penchons-nous sur ce nonuple avec A en 2ème position. Bon, je n’ai rien, contentons-nous de 72 points. « Pour 149 points, vous jouez … » (réponse ci-dessous si vous n’avez pas trouvé cette triste blague ». Je suis à peu près persuadé que Claudine a trouvé ce genre de mot (tordu) mais ce qui m’inquiète le plus, c’est que tout le peloton doit fondre sur le leader (en fait le tiers de la salle l’a trouvé, même « dans les dernières tables » me dira Jean-Luc Gallard pour me chambrer ;-)), sans compter les joueurs des autres centres ….

Coup 5 : GWERZ (chant breton) me remet du baume au cœur : 8 points repris sur les 77 (!) perdus le coup précédent.

Coup 9 : De nouveau, grosse désillusion avec JOMON (période néolithique du japon) loupé, 10 points dans le baba !

Coup 13 : Le genre de choix arbitral bien énervant quand on a des points à rattraper ; le deuxième joker est gardé avec « GYNTIL », ce qui donne … pas grand chose !

Coup 15 : On pose juste une BOUGIE alors qu’un cierge aurait été utile pour avoir les lettres d’appui pour scrabbler avec le tirage « BGUNIEO »

Coup 17 : On pose les lettres I,E et E pour jouer IXEE (BALEINEE implaçable !)

Coup 18 : « Le reliquat se compose de A, B, E, N, vous complétez avec Egypte-E 2 fois et Italie-I », GRRRR !!!!

Coup 21 : MULETS bouche la place préparée colonne 15 pour jouer PREF-IXEE (66 points !) Dehors, on n’entend plus le braiment des ânes, la table 1 a pris le relais 🙂 

Coup 22 : « Vous complétez avec P, R, E, F … » C’est un complot ou quoi ? Le nonuple du coup 4 était donc le deuxième et dernier scrabble de la partie, hélas car à défaut de placer PREFIXEE, on aurait pu encore scrabbler avec PERFIDES ou DEFRIPES mais on clôt la partie avec un banal PIFES !

Sur le centre de Saint-Junien, Martine gagne la partie (à – 7), bravo Martine, devant Denise (- 20) , bravo Denise et Claudine (- 22), bravo Claudine !  On signalera les beaux résultats de Gabrielle Limousin, 19ème (5A, de Limoges, évidemment) et d’Eliane Gibeau (5C, de Limoges aussi) dont le nom est homophone de Gibauds, rue dans laquelle habite un première série, qui s’est fait battre par ces 2 limougeaudes sur la troisième partie  🙂

Au cumul, Franck garde 8 points d’avance sur sa femme, qui avait vu GWERZ mais qui l’a oublié par respect du maître (aïe, pas taper sur la tête !) et une trentaine de points sur Gigi qui a vu le nonuple … avant la fin du tirage ! Denise remonte à la 7ème place, tandis que Jocelyne et Colette, qui ont un peu souffert sur la dernière partie, sauvent le principal en finissant … dans les 50 premiers !

Au Grand Prix, le deuxième coup est fatal à cinq mécréants dont Claudine et Franck qui ne voient pas le BEDEAU. Tous les espoirs hiersacais reposent sur Denise … qui chute dès le tour suivant sur EUH ou OH (no comment !) Dans la lutte fratricide entre Gigi et Arlette, c’est l’ancienne trésorière du Comité (Arlette) qui l’emporte avec FADERONT.

La remise des récompenses est un grand moment car d’une part, Franck sera le seul à gagner un joli lot, en l’occurrence un beau plat en porcelaine de Limoges (tout comme les tasses de Colette) sortant du Site Corot alors que tous les autres lauréats sont repartis avec des coupes, plus ou moins imposantes (franchement, y’en a qui aiment avoir ces ramasse-poussière ?) et ensuite, car on n’a pas tout compris entre la remise de récompenses à la meilleure joueuse locale (?!!) et, par exemple, au joueur ayant fini 18ème car (je cite) « le Tarn-et-Garonne, département d’un des centres du Triplex est le numéro 82 et comme, il n’y avait pas 82 joueurs, on s’est rabattu sur 81, qui lu à l’envers donne 18 … et bravo à Gérard pour sa 18ème place ». Bon, je n’ai peut-être pas tout suivi (en plus, ma mauvaise foi fait le reste) et, je n’ai rien contre Gérard Dumet qui m’a l’air bien sympathique mais c’est vrai que c’était une fin un peu folklo. Rassurez-vous, nous reviendrons à Saint-Junien (c’est un tournoi qui mérite le déplacement !) car la journée fut très conviviale … et c’est bien là le principal !

Il est temps de reprendre la route. « Les héros sont fatigués » dixit Colette ce qui ne l’empêchera pas de remarquer que, sur le chemin du retour, Denise gardera ses pensées entre ses jambes … pour qu’elles ne dépérissent pas, les pensées bien sûr 🙂

Solutions :

  • Partie 1 : BLABLATER
  • Partie 2 : TRALUIRA du verbe traluire (à p.p.inv.), signifiant en Suisse, devenir translucide, en parlant du raisin qui mûrit, encore un mot pour Colette !
  • Partie 3 : ANGELISENT (= idéalisent), FIDELISENT, LABELISENT (= LABELLISENT), MODELISENT, NOBELISENT, NOVELISENT (= NOVELLISENT, transformer un scénario en roman), PIXELISENT (= PIXELLISENT, transformer une image numérique pour rendre ses pixels visibles), CANULARS (ah, ah !!), BIGOUDEN, BIONGULE,E (adj, à sabots fourchus), BOUGRINE (veste doublée au Québec)

Vermeils 1 (18 Octobre 2014)

La veille du tournoi de Saint-Junien, quatre joueuses de Hiersac avaient disputé la qualification Vermeils. On signalera l’excellente deuxième place (sur le centre d’Angoulême) de Jocelyne à la deuxième partie et le tiercé dans l’ordre aux 3ème, 4ème et 5ème place de Colette (de la pédagogie, encore de la pédagogie, toujours de la pédagogie :-)), Jocelyne et Marie-Jeanne. Linette n’a pas démérité, en finissant (lors de la deuxième partie) devant le couple Gervais, les hôtes bien sympathiques de cette manifestation à Mouthiers. Au final, Jocelyne (5B) est la super mamy (à ne pas confondre avec super nanny, niveau zéro, et encore, des émissions-télé de TF1 ou M6) du club car elle termine 30ème du Comité … bien au chaud dans les PP4.

Comme je n’étais pas présent sur le site, je laisserai le commentaire transmis par une des joueuses du club (dont on respectera l’anonymat), décrivant la difficulté des parties.

« Voilà, c’est fait, 2 parties avec des mots que l’on utilise tous les jours : HUTIN, LIPPU, FRELUCHE, NECTON, COHOBER, TRIVIUM, DELUTE, HOPAK .

Voyons voir la signification de ces mots … pour les utiliser au moins une fois par semaine 😉

HUTIN : personne qui a tendance à se quereller. Ce mot (utilisé comme adjectif uniquement masculin, faudra m’expliquer !) viendrait de l’ancien scandinave « hús-þing », réunion de vassaux convoquée chez lui par un prince, d’où la querelle car ce type de réunion était souvent agité. Le plus connu fut Louis X de France, dit « le Hutin », c’est-à-dire « le querelleur ». On ne jouera pas « hutine » mais HUTINET, petit maillet de tonnelier (a priori sans rapport direct avec hutin)

LIPPU : qui a une grosse lèvre inférieure et par extension, qui a de grosses lèvres. Un lippu qui a une bonne tête est … l’ours lippu ou ours lippu de l’Inde, appelé aussi ours à miel, ours paresseux ou encore ours à longues lèvres, ursidé qui se rencontre dans les régions forestières du sous-continent indien, de l’Himalaya au Sri Lanka.

Il en faut peu pour être heureux !

FRELUCHE : petite houppe de soie sortant d’un bouton ou d’un gland. Ce mot a donné FANFRELUCHE (plus connu) jouable au singulier. Désolé, Colette, aucun rapport avec le système pileux … surtout avec la définition donnée ci-dessus !

NECTON : par opposition au plancton, c’est un ensemble d’organismes marins dont la capacité de nage est telle qu’il peut se déplacer contre les courants (poissons, quelques crustacés, les céphalopodes, et les mammifères marins). Au fait, si vous n’arrivez pas à placer GALOPES, cherchez la place de l’anagramme PELAGOS (toujours avec un S) qui est l’ensemble du plancton et du necton. PELAGOS scrabble sur toutes les lettres d’ENNUYER. Les solutions seront données en fin d’article mais cherchez un peu, tout de même 🙂

COHOBER : distiller à plusieurs reprises pour obtenir une plus grande concentration. Petit cours de chimie : quand on distille, il y a toujours des produits parasites qui passent avec le produit souhaité même si théoriquement, le produit obtenu est pur car caractérisé par sa température d’ébullition (ex : 100 °C pour l’eau). il faut donc effectuer plusieurs distillations pour purifier le produit (donc augmenter sa concentration dans le mélange).

TRIVIUM : dans l’Antiquité tardive, et au Moyen Âge, le trivium est l’une des deux divisions des 7 arts libéraux, l’autre étant le quadrivium. Le trivium, désigné comme « arts de la parole » se compose de la grammaire, de la rhétorique et de la logique. Comme vous le savez tous, le QUADRIVIUM (jouable) désigne l’ensemble des quatre arts mathématiques : arithmétique, musique, géométrie, astronomie. On peut s’appuyer sur un R pour jouer TRIUMVIR (membre d’un collège de trois magistrats dans l’Antiquité)

DELUTER : enlever le lut d’un joint. Le lut est une pâte qui durcit, servant à boucher hermétiquement un orifice  (par exemple de vases en porcelaine) ou à entourer des récipients qui sont directement en contact avec le feu ou exposés à la chaleur.

HOPAK : (ou GOPAK) c’est une danse populaire masculine ukrainienne, de rythme vif, avec pirouettes, sauts et marteaux. Si vous avez l’occasion, en Juillet lors des Jeux santons de saintes ou en Août lors du festival de Confolens, d’aller voir ces acrobates, foncez-y, vous ne serez pas déçus.

Solutions :

PELAGOS + E = GALOPEES (verbe transitif dans le sens de mettre sa monture au galop)

PELAGOS + N = PLONGEAS

PELAGOS + N = ESPAGNOL , le genre de mot connu de tous mais difficile à construire

PELAGOS + U = LOUPAGES (si vous vous le refusez, ce sera un beau LOUPE)

PELAGOS + Y = PLOYAGES (encore un mot en -AGE !), synonyme de PLOIEMENT. Ne cherchez pas les rallonges par l’avant : il n’y en a pas. Seuls, REPLOIEMENT, DEPLOIEMENT et REDEPLOIEMENT sont jouables !

PELAGOS + E = POELAGES (3ème mot en -AGE, le plus connu, sans doute)

PELAGOS + R = PERGOLAS, petite construction de jardin, explique l’ODS6 mais pour plus de précision, vous aurez deux photos (pas prises le même jour…) de notre PERGOLA, bande de chanceux ! Vous aurez sans doute vu les deux pigeons (qui s’aimaient d’amour tendre) sur la pergola mais avez-vous repéré le prédateur sur la même photo ?

 

 

Festival de La Rochelle (Dimanche 21 Septembre) – 2ème journée

 » Il est 7 h 00, vous écoutez Télématin « . Mais, qui a mis la télé à brailler, dans l’hôtel ? Sympa, le réveil grâce à la chambre d’à côté. Bon, comme on est pas du genre à se laisser faire, je me mets à tambouriner dans le mur pour bien leur faire comprendre qu’ils devraient baisser. C’est là que Claudine me dit « Euh, c’est plutôt dans l’autre chambre le bruit ». Bon, ben comme ça, on n’a pas été les seuls à être dérangés par le bruit 🙂 Claudine n’a pratiquement pas dormi de la nuit, en ressassant tous les événements de la veille et prend un bon bol de café pour se donner un peu d’énergie. Au p’tit déj, on a rencontré Michèle Montesinos (du Bouscat) qui ne sait pas encore qu’elle va réaliser deux très belles parties (surtout la partie 4) pour terminer derrière les 5 super-séries.

Bon, on se presse et on arrive à l’Encan … presque à l’heure (Yanis n’a attendu que 10 minutes). Avant la partie, je discute avec un joueur que je ne connaissais pas, Christian Amet, joueur sympathique et discret qui vient de Saint-Dié dans les Vosges. Nous discutons un peu de sa belle Région peuplée, me dit-il, de « gens qui répondent volontiers aux touristes qui cherchent des endroits pour se poser ».

Partie 3 tirée à La Garde par Nicole Counotte – 19 coups – 4 scrabbles – top : 841 points

Après un message personnel (entendu par les plus de 600 joueurs de La Rochelle) à sa chérie, Antoine Rousseau, commence la lecture de la troisième partie. Il est 9 h 50 et la température au sol est … franchement plus agréable que la veille !

Coup 1 : JASAI est le top. Certains auront sans doute flambé « faijoas » (orthographe approximative de FEIJOAS, arbres ou fruits tropicaux)
Coup 3 : PIFERAIS perd un point sur FRIPAIS à bien placer. Franck, bien réveillé, trouve le même score pour les 2 mots et assure avec … PIFERAIS (ayant un gros doute sur le verbe FRIPER)
Coup 4 : PENTY, qui prend 14 points sur TYPERAI ou OYANT (en collante), n’a rien à voir avec PANTY. Ce dernier mot est connu (c’est une culotte couvrant le nombril et descendant sur les cuisses, en textile moulant, ressemblant à un short long serré ou à un maillot de cycliste) alors que le PENTY est une maisonnette bretonne isolée, au toit d’ardoise très pentu

Coup 7 : DIESERIEZ est la seule possibilité de scrabbler en double-appui. Un coup d’œil vers le côté gauche (après l’annonce du coup) me permettra de comprendre que Claudine est la seule des Hiersacais à avoir trouvé ce scrabble. Heureusement que ZEES en collante permettait (à -14) de limiter les dégâts.
Coup 8 : Le seul scrabble (encore en double-appui), qu’il faut jouer pour toper, est plus douloureux. Il faut construire et, surtout, oser jouer TEXTURISE (= TEXTURER, traiter des fibres pour en améliorer la texture) sur RI déjà posé. Franck était pourtant bien content d’avoir placé son sexe de 38 (… points) le long d’une poule … HOUDAN, race créée à Houdan (Yvelines). Claudine et Denise s’en tiendront aux textes, chacun ses centres d’intérêt. Et, le mien est, incontestablement, de gagner des … points car, une fois n’est pas coutume, le SEXE (à condition de le placer au bon endroit) valait plus cher que les TEXTES ou autre SEXTET.
Coup 9 : On peut jouer CHOUX mais l’arbitre choisit CROW pour ses rallonges -S mais surtout -N (le CROWN est un type de verre utilisé en optique, en particulier, pour la fabrication de lentilles ou de prismes). Allez, pour faire plaisir à Claudine, la photo de Chief Revenger (de la tribu Absaroka qui signifie « Corbeau »), un indien crow-crow fier 😉

Photo d’Alexandr Denisov

Coup 11 : MOLETER ne passe pas sur la grille (pas plus que TEMPOREL ou TELOMERE, extrémité d’un chromosome). VE est posé sur la grille et j’ai vraiment envie d’envoyer « vélomètre ». Je suis sûr de VELOCIMETRE et donc … je me refuse « vélomètre » (qui mesurerait quoi d’ailleurs ?). J’ai bien fait car, le top est EXTREME (pour seulement 34 points).
Coup 14 : Antoine Rousseau annonce OVINE (prononcé « oviné). Je sais que ce n’est pas un adjectif car c’est une sous-famille de bovidés comprenant le mouton, la chèvre, le bouquetin, etc, mais de nombreux joueurs le suffixeront (à tort) d’un E …. Je serais curieux de savoir comment il a été annoncé à La Garde.

Coup 16 : D’ailleurs, sur ce coup, on peut jouer CELLE formant « ovinée » et d’autres mots dont CACA, qui fera dire à Jean Dol (assesseur), « Antoine, t’es dans la m… après cette annonce ». Il faut rester LUCIDE, ce qui ne sera pas le cas de Claudine, qui s’aperçoit billet levé qu’elle a joué « uve » pour la 253ème fois, grisée par uva, mot espagnol signifiant raisin.
Coup 18 : Les estomacs se creusent et les cerveaux, en hypoglycémie, doivent pourtant faire le lien en dégotant GRAILLE (qui est aussi le cri de la corneille).

A – 115, Claudine recule à la place 23 (à La Rochelle) mais reste dans les peloton de tête des 3èmes séries. Denise (à – 105) remonte, dans les 100 premiers. Franck perd une place et est tout content de rester proche de la porte ouverte qui donne sur le port.

Allez, c’est parti pour 1 h 30 de pause pour se sustenter et éventuellement se balader sur le port. Bon, c’était plutôt une demi-heure d’attente pour avoir le dernier sandwich « parisien », le dernier « jus de pommes », la dernière table, … Faudrait être fous pour se plaindre car on était drôlement bien avec cette super météo dans ce si bel environnement. Vous me direz s’ils ont l’air malheureux. Séquence plaisir des yeux …

Comment ça, il est déjà l’heure. On serait bien restés à se dorer la pilule au lieu de s’enfermer dans la salle !

Partie 4 tirée à La Rochelle par Sandrine Chambaud – 20 coups – trop de scrabbles – top : trop élevé !!

Coup 1 : RAYEZ posé en H8, doit appeler les préparations en une lettre B-, D-, F- et T-rayez.
Coup 2 : Première grosse claque pour Denise et Franck qui se contentent des scrabbles secs ŒUVRES ou OUVREES. Les deux mots perdent 27 points sur le top. Je vous livre (en italique) ma recherche. SAVOUREE vu au tirage puis les deux scrabbles secs qui prennent 1 point sur SAVOUREE. « œuvrees », c’est zéro donc faut chercher sur la colonne 8 (R initial ou final). Mince, on ne peut construire que « réouvers », il faudrait un T final, d’ailleurs, on pourrait faire ROUVERTE. Sandrine annonce : « pour 95 points, en 8H », vous posez REOUVRES (?!!!)
Coup 3 : C’est l’heure de la sieste … Là, encore, je vous donne (en italique) le cheminement intellectuel du champion. « Vous prenez U, A, C, U, joker, H » Quel dommage que l’on ait un C, car avec un Q on aurait fait QUECHUA ou QUICHUA (je sais que ça ne s’écrit pas « cuechua » ou « cuichua »). « Et, Italie-I ». Bon, avec un joker et des U, il faut remplacer le joker par un G, un X … ou un Q. Rien avec les deux premiers. Avec le Q, pas mieux que CHIQUE ou CHIQUA !! Bon, j’envoie 38 points avec ECHOUAI« pour 95 points, en O1 », vous posez QUICHUAS » Quelle tête d’âne !!! Adieu, veaux, vaches, cochons, …. Bon, maintenant, à – 84 au bout de 3 coups, je vais pouvoir regarder tranquillement les bateaux qui rentrent au port 🙂 L’uppercut sonne les J35 car Denise se le refuse et Claudine ne l’a pas vu ! A propos, l’ODS6 indique que QUECHUA = QUICHUA mais quelques recherches (sur le net) racontent plutôt que le quichua (ou kichwa, pas accepté par l’ODS6) est une langue amérindienne proche du quechua, parlée essentiellement en Équateur, mais aussi par certaines populations du sud de la Colombie (le peuple Inga) et du nord du Pérou (dans la vallée du Napo). Apparentée au quechua péruvien, elle s’en distingue par plusieurs caractéristiques importantes, dont l’absence de suffixes possessifs … donc, ce n’est pas si simple !

Coup 6 : BAUHINIA est la seule possibilité de scrabbler et prend 42 points à NIB (joué par Claudine, qui encaisse sans broncher). Pour ceux qui n’avaient pas lu tous les articles, je remontre le BAUHINIE ou BAUHINIA (arbrisseau tropical à grandes fleurs)

Coup 7 : Claudine se rattrape en étant la seule (de la bande des 3) à jouer ETAMEES en collante quasi intégrale le long de TONDEZ.
Coup 9 : OPERERAI (ou REOPERAI) est le premier scrabble trouvable par le commun des mortels !

Coup 12 : Denise fait le mauvais choix, encore une fois, en se refusant CUSTOMS (véhicules personnalisés extérieurement). Claudine et Franck, à la ramasse, envoient ce mot car il gagne 60 points sur le sous-top. Perdu pour perdu … faut pas jouer p’tit bras !
Coup 14 : GLAPI prend 1 point sur des solutions plus évidentes. Après avoir osé TEXTURISE le matin, Michèle Montesinos … est la seule au top après ce coup.

Coup 15 : Le deuxième joker permet de nombreux scrabbles dont les tops AERIENNE, INNERVEE et le peu visible ENRESINE.
Coup 20 : NET sera le dernier coup de la partie. C’est vrai, Sandrine a fait place nette. Les négatifs de certains joueurs se comptent en centaines.

Bonnes nouvelles : à – 91, sur la partie, Franck ne recule que d’une place (à La Rochelle) et reste dans les PP1, Denise (- 230 sur la partie) reste dans les PP3 et … Claudine (- 113 malgré la perte de 107 points en 2 coups !) remonte 21ème sur La Rochelle, synonyme de PREMIERE PLACE dans la catégorie des 3ème séries ! Chapeau, Claudine !! Elle pose pour la postérité (avec son chèque de 1000 dollars !) à côté du vainqueur des deuxièmes séries, JLLT, pas peu fier (ça se voit sur la photo 😉 d’avoir terminé 9ème du Duplex.

Le Grand Prix est anecdotique. Franck manque d’être le seul éliminé au premier coup en changeant BIGLAT en GALBAIT dans les 10 dernières secondes. G. Delore (vainqueur du Festival à – 5 !!), T. Chincholle et d’autres grands joueurs, comme votre serviteur 😉 sont éliminés sur SANDOW. Seuls restent M. Montesinos, M. Bruyère et J-Ph Viseux. Les deux derniers cités élimineront Michèle sur CITEZ formante MANDANTE. Le GP s’achève par la victoire de Marc sur Jean-Phi (pour les intimes) sur THIOL en collante.

Ne le répétez à personne mais La Rochelle, on y retournera, tellement, c’est chouette !!

Festival de La Rochelle (Samedi 20 Septembre) – 1ère journée

Samedi matin, le réveil est mis à 8 h 00, tapantes pour retrouver Denise à 9 h 45. On a pas mal de matos à charger pour emmener à Yanis qui se trouve déjà à La Rochelle.

Il est donc … 8 h 47, quand Claudine me dit : « Le réveil n’a pas sonné, tu l’avais mis ? ». Vérification faite, il avait été mis mais n’a pas sonné car la fonction « radio » ne fonctionne plus. Ce n’était là que la première de nos mésaventures de ce beau week end.

Bon, on arrive finalement pas trop tard chez Denise (pas plus de 10 h) pour aller manger chez son frère Christian et sa belle-sœur, « Marif » (pour Marie-Françoise). Ils habitent à Péré, petite bourgade à 6 ou 7 km de Surgères. Logiquement, on aurait dû être guidé par Denise pour trouver la maison de son frère. Alors, je vous livre les indications, sans exagérer (vous me connaissez). Nous venions juste d’arriver dans le centre-ville de Surgères, quand Denise se réveille soudainement et nous dit :

– « Vous ne passez pas par la gare ? C’est dommage, je ne connais le chemin qu’en passant par la gare »

– « Denise, on vient de laisser la rocade, il fallait le dire un peu avant. D’ailleurs, la gare est au Nord de Surgères et Péré est plutôt au sud »

-« Oui, mais quand j’y vais, je viens de Mougon (près de Niort) et je ne connais que cette route ! Je vous conseille de mettre le GPS ! »

-« C’est mis, on suit les indications de Tom-Tom » … puisque Nana ne sait pas où habite son frère 😉

On a donc atterri sur la route de Rochefort au sud de … Saint-Germain de Marencennes. Heureusement que Denise a apporté deux précisions :

« De la maison, on voit une éolienne ». Ci-dessous, vous trouverez une photo prise en chemin

Et, elle rajoute : « J’hésite entre le 8 et le 13, pour le numéro de la maison ». Bon, avec toutes ces indications précises, on a réussi à arriver à bon port à 11 h 50 (on devait arriver à 11 h 30 !). Au fait, ils habitent bien entre le 8 et le 13 : le 9 appartient à cet intervalle. Après la visite du domaine et un sympathique repas pris dehors, sous le parasol pour certains (ou sous un chapeau pour une autre), nous pouvons nous diriger vers la salle de l’Encan, devant laquelle nous attend Yanis, plus ponctuel que ses parents.

Allez, on se dirige vers nos tables respectives : Yanis, à l’arbitrage, Denise à la table (ben, je sais plus parce que nous, les premières séries, on s’intéresse pas trop aux troisièmes séries), Claudine, à la table 63 (oui, je sais elle est en troisième série, mais c’est ma femme quand même et donc, j’aime bien savoir où la retrouver à la fin de la partie, en l’occurrence à côté de Robby) et bibi à la table 12, en grande discussion avec Laurent Fredon, un joueur hyper sympa (ah bon, je l’ai déjà écrit ?), qui s’est laissé pousser la barbe pour l’occasion (tradition du Bouscat initiée par Eric Nagode :-))

Il est 14 h 34, mon voisin, Nicolas Thomas, vient d’arriver pour une partie démarrant … à 14 h 30. On a eu très chaud, dans la salle, alors un vœu pieux : pourquoi ne pas climatiser cette salle qui ressemble à une couveuse dès qu’il y a du soleil dehors et à La Rochelle, ça arrive souvent ?

Partie 1 tirée à La Rochelle par Jean-Marie Tinevez – 19 coups – 5 scrabbles – top : 894 points

J’ai toujours peur des parties de JMT. Je me rappelle de ses parties avec des mots inconnus (pour mezig, en tout cas) du genre BONDELLE ou FURFUROL, l’année passée, ou encore de FIRMANS et autres LANCON rallongé en PALANCON : il y a 2 ou 3 ans : méfiance, méfiance, méfiance !

Coup 1 : «ENROU?E » – un cadeau pour commencer, on pose ENOUERA en H2. Vite, on prépare de D et le R devant puis le I et le S derrière.
Coup 2 : «TIBIALE » – Bon,il n’a pas été énoncé comme ça mais en plus ça perdait 3 points sur un plus simple BILAIENT.
Coup 3 : DADA formant DENOUERA aurait pu être rallongé en DADAISME ou DADAISTE. En passant, le mouvement dada ou dadaïsme est un mouvement intellectuel et artistique qui apparut à New York et à Zurich (1916), se diffusa en Europe jusqu’en 1923 et exerça, par sa pratique subversive, une influence décisive sur les divers courants d’avant-garde. Ce mouvement international d’artistes et d’écrivains, est né d’un intense dégoût envers la guerre qui signait à ses yeux la faillite des civilisations, de la culture et de la raison. Terroriste, provocateur, iconoclaste, refusant toute contrainte idéologique, morale ou artistique, il prône la confusion, la démoralisation, le doute absolu et dégage les vertus de la spontanéité, de la bonté, de la joie de vivre. Paradoxalement, son activité de déconstruction et de destruction des langages (verbal et plastique) se traduit par des œuvres durables qui ouvrent certaines voies majeures de l’art contemporain, par exemple la fameuse « fontaine » de Marcel Duchamps.

Coup 6 : « LOUCHRR » – Premier coup sélectif : il faut oser CHLORURA (verbe). Ce verbe a été joué par les Berry car on l’avait déjà vu mais en aucun cas, à cause de connaissances chimiques. Dans l’ODS, c’est marqué « transformer en chlorure » : je ne comprends toujours pas … ou il aurait fallu accepter les autres halogènures du genre, « fluorurer », « iodurer », etc. En tout cas, ça prenait 47 points à LOUCHE … et à une bonne louchée de joueurs.
Coup 8 : Panique à bord avec la sortie du deuxième joker, évidemment accompagné de 2 U. Le tirage « LEEUU?F » aurait pu donner des scrabbles sélectifs comme FELOUQUE, FECULEUX, SULFUREE (encore de la chimie), FEUILLUE, FOULEUSE ou un mot inconnu du commun des mortels, FLEXUEUX (qui ondule). On respire en perdant 1 point sur un invisible quadruple en double appui, LEURREE.
Coup 10 : ŒDIPE doit se jouer … sans complexe !
Coup 11 : RAQUIONS est un joli scrabble mais perd 15 points sur LAQUIONS … et 37 sur CAQUIONS !
Coup 12 : MAZOUTS et ses déclinaisons verbales sont implaçables. Il faut se rabattre sur ZUT (c’est le mot) ou gratter 3 points avec MAZOT (petit bâtiment rural en Suisse, connu de Colette, je suppose, une des rares lectrices qui laisse des commentaires, merci 🙂
Coup 14 : «IINRUVA» – Il n’y a pas de C pour INCURVAI et de nombreux joueurs iront tenter un pourtant plausible « veinurai ».
Coup 15 : GUNITER n’est pas plaçable. RUGIRENT est une belle solution mais il faut se rappeler de ses parents pour gagner 7 points avec GENITEUR.
Coup 16 : Stress avec « BEEELNS » en mains. Soulagement car aucun des 3 scrabbles en appui ne passe.

Les derniers coups ne sont pas difficiles si on reste concentré.

A -83, Denise limite la casse et reste au milieu des 3èmes séries. Claudine réalise une super partie à – 25 : elle est 11ème sur le Duplex (La Rochelle-La Garde) soit largement dans les premières séries. Franck, roulement de tambours … gagne la partie à – 1, en fort bonne compagnie (petite copie d’écran pour le souvenir, même si les grincheux diront que l’ordre des joueurs est alphabétique). Je viens de recevoir le Scrabblerama et l’article parle beaucoup des plaisirs (surtout du palais) de La Rochelle mais peu des exploits comme celui-ci. Aïe, les chevilles !!

La pause est l’occasion de voir les quelques dizaines de joueurs que l’on n’a pas encore vus. Claudine en profite pour aller chercher du ravitaillement dans la voiture. A 17 h, le gâteau mousseline qu’elle avait fait pour Yanis (en particulier) était encore dans son plat, sous le papier alu … dans le coffre du Scénic !

Sur le site de la Fédé, on peut lire « Il est 17h15, nous avons pris un peu de retard, les 611 joueurs refusaient de regagner leur place sous cette chaleur 😉 »

Partie 2 tirée à La Rochelle par Daniel Guédon – 21 coups – 6 scrabbles – top : 1062 points

Coup 3 : Après DOTIEZ et ROUTERAI, Franck quitte le peloton des SS (Super-Série) pour encaisser – 16 (avec OXTAIL meilleur qu’HELIX) sans regret : l’OXYLITHE (dioxyde de sodium), plus connu sous le nom de peroxyde de sodium, a été utilisé dans les premiers masques à gaz, qui équipaient les mines de charbon puis plus tard l’infanterie française pendant la Première Guerre mondiale. Il était encore utilisé dans les cours de chimie de l’enseignement secondaire dans les années 1970 … mais plus dans les années 2000 !
Coup 6 : Il ne faut pas rester sur DOULEUR, sinon on la sent immédiatement à l’annonce de … LOURDEUR.
Coup 7 : Claudine préfère s’offrir une POLENTA plutôt qu’une ANTILOPE POILANTE.
Coup 8 : Sur le nonuple ouvert (E en cinquième position), on tire le deuxième joker. Sur le tirage « EEMRT?S », l’ancienne prof de lettres craque et se contente d’un semestre (- 48) alors que l’on pouvait jouer FERMETES, METREUSE, EXTREMES, TEMPERES ou des peu connus DERMESTE (coléoptère parasite des fourrures et des cuirs).

Coup 11 : Bibi va prendre son premier gros négatif (- 51) du week-end sur « EEVIDAM ». Evidemment, EVIDAMES ou DEVIAMES ne sont pas plaçables mais Denise et Claudine relèveront le niveau du club en dégotant le L d’appui.
Coup 12 :Denise se refuse, étonnamment, une VERSTE. La verste (en russe : versta, верста) est une ancienne mesure de longueur utilisée en Russie, valant 1 066,8 mètres. Elle était égale à une longueur de 500 « sagènes » (pas accepté dans l’ODS 6).

Coup 14 : « IGNACEM » aurait pu jouer un sale tour à ceux qui n’auraient pas vu un éventuel I d’appui.

La fin de partie s’enlise et les collantes s’enchaînent sur les 6 derniers coups !

Denise, à – 130 sur la partie, rétrograde un peu au classement. Claudine, déchaînée, cette première journée, finira à -67 cette partie. Elle bat son mari (y’a plus de respect) et jouera … à la table 14 le lendemain !! Franck, super régulier (- 73 après son – 1 !) rétrograde de 9 places et sera à la table 10 le dimanche.

Bon, il est temps de reprendre la voiture et là, surprise !! Le gâteau avec le plat (et le papier alu) ont disparu. Des comiques ont fouillé le coffre et ont pris, parmi toutes les affaires, le bon gâteau, sans même laisser un « Merci ». Nous n’avons retrouvé que des miettes dispersées dans le coffre ! C’est quand même vexant de se décarcasser pour son fils et de voir que d’autres en ont profité.

Après, nous avons voulu faire des petites courses pour Yanis … le Carrefour Market était fermé ! La soirée s’est terminée par une porte d’hôtel qui ne s’ouvrait pas avec une carte qui s’était désactivée. On a, quand même, pu ouvrir la porte et on a sombré dans un repos bien mérité. Et Yanis, notre arbitre-maison, qu’a-t-il pensé de cette folle journée ?

Bon, OK, on n’insiste pas : demain sera un autre jour … plus reposant, espérons-le !

Solutions :

Partie 1 : ENSEMBLE, ENSABLEE, NDEBELES (langue officielle de l’Afrique du Sud)
Partie 2 : MEDIEVAL, MAGICIEN

Reprise de la saison 2014-2015 …

Je me devais aussi de donner les solutions pour tous ceux ou plutôt celles (merci à Colette et Catherine pour leurs réponses) qui ont cherché les réponses du super jeu de l’été. Avec les lettres d’UNBELETE (confirmé par une superbe météo en Juillet et en Août ;-), il fallait retrouver les 7 lettres BLEUTEE et l’autre scrabble (sec, mais faut-il le préciser) ENTUBEE. Les 9 lettres étaient costauds avec le difficile EBERLUENT et le peu connu (sauf pour les botanistes) BETULINEE ou BETULACEE, famille de plantes à laquelle appartiennent notamment le charme et le bouleau (indice « boulot » un peu capillotracté, je l’avoue !)

Je nous souhaite une excellente saison et je formule le vœu que ce club, où l’on vient avant tout pour s’amuser, conserve cette ambiance sympa que l’on connaît depuis, maintenant, plus d’une dizaine d’années.

Jeu de l’été 2014

Le site va prendre un peu de vacances (pas que le site, d’ailleurs !) donc avant de vous retrouver en Septembre, je vous laisse un petit jeu, ci-dessous, pour cet été que je vous souhaite excellent.

Justement, avec les lettres UNBELETE, essayez de retrouver les 2 scrabbles (en 7 lettres) sachant que l’un des 2 mots est plus « joli » que l’autre (enfin, les goûts et les couleurs …). Plus difficile : on ne peut pas former de mots de 8 lettres mais en appui, il y a deux possibilités (pour former des mots de 9 lettres). L’une est un verbe connu (mais de construction difficile) et l’autre est un terme pour spécialistes (mais de quel domaine ?) : allez, au bouleau 🙂 ! Les réponses seront fournies le Mercredi 3 Septembre, jour de reprise des séances à Hiersac.