Archives mensuelles: janvier 2016

TH de Saint-Benoît (Dimanche 31 Janvier 2016)

Rappelez-vous : il y a un an, nous disputions, dans la salle de La Hune à Saint-Benoît, près de Poitiers, le Championnat Régional en paires … le 14 Février, jour de la Saint-Valentin. Un an après, pratiquement jour pour jour, nous sommes revenus, dans cette belle salle, à 7 (les plus fins auront compris que ce n’était pas des paires) pour disputer un tournoi en quadruplex, puisque les mêmes parties étaient jouées aussi à Saint-Genis-Laval (commune située dans la métropole de Lyon), à La Chapelle d’Armentières (département du Nord) et à Montpellier (département du … sud ;-)) Comme l’année passée, nous avons été accueillis par des sourires … un café de bienvenue (donc offert !) et une question posée par Annick Vettier : « dis-donc, Franck, ça fait combien pour toi 7 * 21  ???» . Incompréhension de ma part ?!! – Annick précise : « J’te demande ça, car pour les 7 joueurs inscrits (à 21 euros l’inscription), tu m’as donné un chèque de … 142 € ». Bon, la journée commençait par un premier avertissement 🙂

Vous nous connaissez maintenant alors, il suffit de regarder les photos ci-dessous pour savoir qui représentait le club de Hiersac ce jour-là : cherchez l’intruse 🙂 !

Bernard Proux de La Rochelle (à la table 1) et Franck, table 2, espèrent faire oublier leur piètre prestation du TH de Saint-Jean d’Angély. Sur le centre de saint-Benoît, qui accueillait plus d’une centaine de joueurs, il faudra, quand même, se méfier, des SN2 Jean-Luc Guilbaud du club de Ballan-Miré (près de Tours) et Jean-Marie Tinevez de La Rochelle ainsi que de quelques SN3 comme Jacques Vivion d’Angers.

A Poitiers, avant de donner la partie, ils ont décidé de bien nous écœurer en nous faisant trouver des nouveaux mots ODS7. Connaissez-vous les anagrammes de FURANNE, de DOUCINE, d’ORNERAS, de PAUMENT, de BALLENT ou d’APPONTE ? Les réponses sont données rapidement par certains joueurs qui connaissent bien l’ODS7 comme mon voisin de devant, Bernard, ou la voisine de Claudine, Monique Leroy-Legoff de Niort !

Partie 1 – tirée par H. Bohbot à Montpellier (et lue par Jean Brémaud) – 23 coups – top : 910

Coup 1 : On commence par un cadeau avec le joker qui donne 2 scrabbles, REJOINS ou le mot choisi, REJOUIS.

Coup 2 : Catherine s’en veut encore de n’avoir pas trouvé de scrabble avec les lettres bien … REUNIES. Il y avait … REUNIES ou les autres anagrammes comme le scrabble sec … URINEES ! Le top SURINEES (poignardées avec un SURIN) gagnait 9 points sur une peu enviable ENURESIE (incontinence d’urine).

Coup 4 : Encore un scrabble (ou plutôt 2 pour le même prix) avec le 2ème joker ! MOTIVAIS est préféré à VOMIRAIS … pour des raisons évidentes !

Coup 5 : AY pour 67 points fait mal à ceux qui n’ont pas vu la place. Aïe, aïe, aïe !

Coup 6 : On pose le 4ème scrabble (ce sera le dernier !), qui prend 30 points à une ECLOPEE. EPECLENT, à bien placer, a été sélectif même parmi les premiers mais il a été, notamment, joué (je crois) par Christine et Colette, la spécialiste des expressions contenant des mots helvètes. Les Suisses énervés ne disent-il pas : « tu commences à me les épécler menues, menues »?

Coup 9 : On regrette l’absence de place pour jouer un DROGUET (étoffe décorée) ou de N pour DROGUENT ou l’anagramme moins connue TRUDGEON (ancienne nage).

Coup 11 : Claudine, alors seule au top parmi les Hiersacais, se met une première balle dans le pied en tentant « boueller ». qui ne s’écrit qu’avec un L. Cet helvétisme, qui signifie « pousser des cris », accepte, depuis le 1er Janvier 2016, un E au participe passé, la BOUELEE étant un grand cri, un hurlement.

Coup 12 : Franck se refuse BURON (bâtiment en pierre, couvert de lauzes ou d’ardoises, que l’on trouve sur les « montagnes »), bien connu de Christine et Colette (mais avec Claudine, on connaissait plutôt la BORIE). Cécile compte bien FOURBU (contrairement à bibi) et ne perd qu’un point sur ce coup !

Coup 15 : Pas de regrets sur ce coup car peu de joueurs connaissaient la MENADE (bacchante c’est-à-dire femme en proie à un violent délire, lors des fêtes de Dionysos ou Bacchus, dans l’Antiquité, qui criait « EVOHE » ou « EVOE » !)

La MENADE (pas jouée à Poitiers) gagnait 5 points sur DAW ou … MENA !

Coup 16 : On joue le premier mot « millésime 2016 » de ce tournoi. WRAP, sandwich fait d’une galette fine enroulée autour d’une garniture, se digère facilement car il ne prend que 3 points à WAP, plus connu.

Coup 17 : L’absence de E bien placé ne permet pas de jouer ENFILADE (aucun rapport avec la sculpture ci-dessus) ou l’anagramme ALFENIDE (alliage imitant l’argent) … qui aurait coûté cher, même pour une imitation !

Coup 18 : Ma voisine, Arlette Ballanger, se précipite sur son bulletin, vingt secondes avant la deuxième sonnerie et a juste le temps de jouer « dévoisez » … une belle bulle retentée par des joueurs qui ont pourtant disputé la Phase 2, comme notre ami François Aubin, par exemple !

Coup 19 : Claudine se met une deuxième balle dans l’autre pied, en tentant un trop visible « vitreur ». Hélas, ce tirage ne scrabble que sur un O (VOITURERREOUVRIT) et il faudra se contenter du LIVREUR … avant que le VITRIER n’intervienne.

Coups 20 à 23 : La fin de partie n’est pas folichonne si on voit la place de TEK.

Franck (à – 11) assure et prend la tête du tournoi (à Saint-Benoît), 9 points devant Jacques, sympathique 3ème Série d’Angers et 10 points devant Bernard. Claudine, malgré ses 2 tentatives infructueuses limite la casse : elle rétrograde à la 28ème place à – 80 (22 points perdus à côté de ses 2 bulles !). Colette obtient une belle 55ème place … qui lui permet d’arriver au premier rang (qu’elle n’apprécie pas particulièrement), 4 points devant Christine et 34 points devant Cécile qui se tiennent. Catherine et Linette sont un peu plus loin mais le point commun entre tous ces joueurs, c’est qu’ils sont affamés et qu’ils vont manger tous ensemble sur la table (réservée par Linette) et sur la nappe apportée … par Linette ! Et alors, qu’est-ce qu’on a bien mangé : après la quiche (de Linette), le gâteau au chocolat (de Christine), les cannelés (de Linette, encore !), les clémentines de Catherine, le café de Colette, etc, on a eu du mal à se traîner jusqu’à nos places respectives.

C’est reparti avec les mots ODS7 ! En plus, dans la salle, y’en a pas mal qui connaissent les solutions de HARKIS + O, de MOINES + H, de SEMITE + X, de MISSES + T, de TEMOIN + H (j’aurais préféré qu’ils donnent TEMOIN + C !) ou de CAPUCE + K,

Ouf, on arrête avec les mots plus inconnus les uns que les autres : Patrick nous annonce les 7 premières lettres …

Partie 2 – tirée par M. Morelle à La Chapelle … (et lue par Patrick Maspeyrot) – 22 coups – top : 898

Coup 1 : MAYEN (encore un mot suisse pour Colette, désignant un chalet d’alpage avec un bâtiment dans lequel le troupeau séjourne au printemps et en automne) ne sera jamais prolongé en MAYENNAIS(E), habitant de Mayenne … ni en MAYENCAIS(E), habitant(e) de Mayence, en Allemagne.

Coup 3 : Claudine (entre autres) s’est embourbée en loupant ENVASEE sur VA posé, en quadruple (+ 18 sur NIEES)

Coup 4 : Gros stress avec le tirage « AEEIILS » qui accouche de souris, pas chauves mais, … AILEES (ELIAIS est logiquement choisi).

Coup 5 : On pose le 1er scrabble. ERAILLA gagne, au moins, 7 points sur de nombreux scrabbles comme AILLERA ou ALLIERA. On signalera le jolie LANLAIRE (adverbe donc invariable) utilisé dans l’expression « envoyer quelqu’un se faire LANLAIRE », moins utilisé actuellement mais tout le monde aura compris le sens général 🙂

Coup 13 : Le premier joker aurait pu donner PREFIXA, avec toutes les déclinaisons du verbe préfixer sans oublier l’adjectif PREFIXAL. On est aidé si on a joué le TH2 de Dolus l’année passée en parties originales car le premier coup de la partie 7/8 joker était « ?RAXRPUE», qui pouvait donner PREVAUX, YPREAUX (pluriel d’YPREAU, peuplier blanc) ou PUREAUX (pluriel de PUREAU, définition donnée dans la partie 2,). Sur ce coup, PUREAUX (68 points) gagnait 10 points sur FERMAUX (pluriel de FERMAIL, agrafe, fermoir) et 12 sur un plus simple FAMEUX.

Coup 14 : Franck perd le top (et 5 points) sur un mot ODS7, FLOW, qui est la manière qu’a un rappeur de débiter ses paroles ! On pouvait ne perdre qu’un point si on connaissait un autre mot ODS7, FUGATO, passage musical écrit dans le genre de la fugue. Ca donne envie d’accrocher le FUGATO sur un E … car ce nouveau dico fait penser à FOUTAGE de g…

Coup 16 : On pose le deuxième scrabble, PLANTEUR, qui fait 11 points de plus qu’un PURULENT qui vient s’accrocher sur les PUR…EAUX !

Coup 17 : C’est le coup du tournoi. Avec les lettres « AGIIMNS », tu IMAGINES ou tu IMAGINAS trouver rapidement des scrabbles sur une voyelle comme GAMINAIS (faire le gamin), GEMINAIS (grouper 2 à 2) ou les anagrammes GOMINAISIMAGIONS, voire sur une consonne pour faire des MAILINGS. Que nenni, le temps s’écoule et t’as pas mieux que 35 points avec SIGNAI. Franck construit SIGMA, qui fait autant que SIGNAI, à la même place et, tout d’un coup, repère le squelette A_T, qui pourrait donner ANTISIGMA … qui fait 67 points, soit 32 points de plus. Evidemment, il se le refuse car, pour lui, ça ne peut pas être une antiparticule, il faudrait que la particule SIGMA existe … Rappelons qu’il est prof de Sciences Physiques dans la vie courante ! Evidemment, l’arbitre annonce : « pour 67 points, etc, etc ». ANTISIGMA est un solo à Poitiers mais aussi dans les autres centres malgré la présence de sérieux clients comme Fabien Leroy, Pierre-Claude Singer ou Elisée Poka, pour ne citer qu’eux. Jacques Fournier me dira, en fin de partie, qu’il connaît bien ce sigle, lui qui travaille en imprimerie : l’ANTISIGMA est un signe d’interversion que l’on met dans la marge d’un texte. Sur le moment, j’ai été rassuré mais de retour à la maison, en ouvrant le dictionnaire, j’ai vu que c’était aussi … l’antiparticule de la particule SIGMA !! Je ne voudrais pas trouver d’excuse bidon et encore moins vous saouler avec un cours de physique nucléaire mais en me replongeant dans mes bouquins de physique des particules, j’ai vu que la particule SIGMA se désintégrait suivant 2 modes (l’interaction faible et l’interaction électromagnétique pour les plus calés …) et que la plus lente des deux intégrations durait un dixième de nanoseconde … donc pour faire connaissance avec la particule SIGMA et sa copine ANTISIGMA, faut avoir un bon coup d’œil sur l’ordi relié à l’accélérateur de particule ou … à Duplitop 7 (ANTISIGMA est encore un nouveau mot !)

Coup 19 : Si vous n’avez pas interrompu votre lecture, sachez qu’il fallait rester concentré pour jouer une jolie collante. LOESS, limon argilo-calcaire, composé de particules très fines transportées par le vent, vient se loger à droite des 4 dernières lettres du fameux ANTISIGMA !

Coup 20 : Avec HOQUETE, il faut d’abord chercher une place pour l’accrocher et ensuite un R, un T, un Z et … un O (pour OOTHEQUE, coque recouvrant un ensemble d’œufs de certains insectes, en particulier la mante religieuse ou la blatte) et c’est tout. Franck voit trop tard la place pour poser une banale QUETE, qui gagne 11 points sur HOQUETAS, en double appui !

Coups 21 et 22 : La sortie du joker au pénultième coup est trop tardive sur une grille qui s’est bouchée. Il fallait y croire jusqu’au bout pour placer BODHI (stade final de la méditation bouddhique) … au bon endroit et ne pas perdre (bêtement ?) 3 points, n’est-ce pas Claudine 🙂 !!

Franck (- 53) gagne la partie 2, 11 points devant Jacques (Vivion) qui s’accroche et 19 points … devant Claudine, qui revient dans sa série. Saluons la perf de Colette qui se maintient autour de la 60ème place. Par contre Christine, 30 points derrière Colette, descend vers la 70ème place. Cécile, Catherine et Linette ont souffert car elles naviguent entre la 90ème et la 100ème place. A propos de place, il n’y en aura plus du tout dans l’estomac après avoir fini le gâteau au chocolat et les cannelés en guise de goûter : encore merci aux pâtissières … qui méritent la première place ex æquo !!

La dernière partie reprend sans avoir droit aux cours sur les nouveaux mots ODS7. Merci ! Franck, à la table 1, sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur s’il veut gagner le tournoi : les 8 premiers se tiennent en 50 points et il n’a que 38 points d’avance sur les Rochelais Jean-Marie et Bernard et 20 points d’avance sur Jacques …

Partie 3 – tirée par C. Marchal à Saint-Genis … (et lue par Bruno Coudour) – 19 coups – top : 1069 !

Coup 1 : FIGERA sera le seul coup tranquille de cette folle partie !

Coup 2 : Le feu d’artifice commence. Il faut voir HANTISE (sèche 😉 ) et bien le placer (n’est-ce pas Claudine ?) sinon on perd 5 points. Les plus forts prendront (au moins) 14 points sur 90 % de la salle, en quadruplant sur le I : HAITIENS fait 94 points de plus que le superbe « ethnisai » trouvé par Wilfrid Gauthier, le sympathique et souriant président du club de Royan, qui organise son TH2 le 13 Mars. Le verbe ETHNICISER existe …

Coup 3 : DEMENAI (ou EMENDAI) fait 2 points de plus que MEDIANE, placé au milieu de la grille, logique !

Coup 4 : On continue de conjuguer avec HATERAIT, plus connu qu’HATTERIA (reptile d’Océanie) qui se traîne à 6 points derrière.

TuataraCoup 5 : ASSOLEE est le premier scrabble réellement sélectif car même s’il est jouable à plusieurs endroits, le sous-top sans scrabbler (OSAMES en collante intégrale sous HATERAIT) perd 48 points

Coup 6 : On pose déjà le 5ème scrabble, qui ravit les joueurs qui aiment ce genre de partie mais je veux bien croire que tout le monde n’est pas à la fête ! Comme d’hab’, il faut penser aux terminaisons verbales. En formant -ERAS ou -ERA, on peut trouver ETALERAS (- 7) ou ALESERA (-3 ou – 4, selon la place). Il faut oser RESALER (avec un S) pour jouer le top RESALERA. Retenez qu’avec un A, on RESALE ou on DESSALE et avec un I, on DESILE mais qu’on ne peut que DESSILLER (= DECILLER, ouvrir les yeux de quelqu’un)

Coup 7 : OUF permet de souffler avant le retour des hostilités.

Coup 8 : Par inattention, on peut louper DECOUPAT, si on ne croit pas au scrabble.

Coup 9 : Pléthore de lettres chères (K, W et X) qui peut faire paniquer si on ne choisit pas les bonnes. Ma voisine, Louisette Vadée de Royan, est surprise à l’annonce du top KWA : « quoi, ça fait 63 ? »

Coup 10 : Arrive un coup « ?OIREUX » avec ce premier joker. Evidemment, FOIREUX ne passe pas. Si on reste bloqué avec le X en fin de mot, on reste sur un score PITEUX ou MITEUX …, qui grimpe, quand même, à 68 points ! Le jackpot se situe sur un E : EXUTOIRE gagne 18 points sur les sous-tops.

Coup 11 : Pas le temps de gamberger avec la sortie du 2ème joker. On peut poser un 8ème scrabble, si on pense à former la finale -AMES : EPINAMES (protéger par des épineux) est moins connu que PEINAMES ou PENSAMES. PANDEMES permettait, aussi, de jouer le top : attention ce mot (toujours au pluriel) désigne des fêtes où l’on servait des repas publics, dans l’Antiquité grecque.

Coup 12 : Franck se refuse BRAVI (pluriel de BRAVO !) pour 2 points. Pas d’applaudissements !

Coup 13 : On pose le dernier scrabble de la partie et donc du tournoi. Hélas pour bibi (alors à – 16), ce mot est une nouveauté ODS7 : COMTIEN (adj, de Comte, philosophe français) gagne 47 points sur CATINE, en collante, à droite des 5 premières lettres de RESALERA. Franck voit passer devant lui tous les connaisseurs de l’ODS7, notamment Bernard, qui prend quelques points d’avance.

Coup 14 : On est à 2 doigts (à 2 points pour être précis) de poser le 10ème scrabble, SALUERIEZ, en double appui, battu par de plus visibles LITREZ, LUTIEZ ou SITUEZ.

Coup 17 : BULB, renflement du bas de la quille d’un navire, est bien planqué sur B_L, déjà posé. Franck revient alors à 2 points de Bernard …

Coup 19 : YEN n’est pas vu par Bernard, qui joue le sous-top LEV, qui perd 6 points sur le top, permettant à Franck de reprendre, sur le fil, la première place du tournoi.

Le Grand Prix aura lieu sans les Rochelais Bernard et Jean-Marie (partis avant la remise des prix !) et sera gagné, au premier coup, par la secrétaire du Comité, Annie Berthoux, la seule à réussir à dégoter un nouveau mot (encore un !) derrière l’horrible tirage « REWYPGO ».

Au cumul, Franck peut être satisfait de sa perf même si, sur le quadruplex (résultats visibles ICI), il est encore (3ème tournoi consécutif) en dehors des PP1 ! Claudine se maintient à une belle 15ème, au milieu des 3ème série. Christine gagne une dizaine de places et termine à la 61ème place, synonyme de meilleure 6ème série. Catherine s’est enfin réveillée sur cette partie à scrabbles et passe de la 94ème à la 72éme place !! Cécile (qui s’est bien reprise après sa 2ème partie à oublier) et Colette (qui n’aime décidément pas ce genre de parties) terminent dans un mouchoir de poche et Linette parvient à se hisser au niveau supérieur pour laisser (sur le quadruplex) quelques joueurs derrière elle.

Le tournoi se termine par un pot de l’amitié offert à tous les participants, notamment aux 7 mercenaires de Hiersac, heureux d’avoir passé une bonne journée. Pas la peine d’être nostalgiques, on remet ça très rapidement car les Interclubs approchent à grands pas !!!

Solutions :

  • Avant la partie 1 : NENUFAR (= NENUPHAR), UNICODE (standard informatique qui permet des échanges de textes dans différentes langues, à un niveau mondial), SERRANO (on ne parle pas d’Edith qui termine en tête des cinquième série, à une brillante 26ème place, mais du jambon cru espagnol), PUTAMEN (une des parties centrales du cerveau), NETBALL (sport dérivé du basket), PAPETON (flan à base d’aubergines, spécialité d’Avignon)
  • Après la partie 2 : KAROSHI (mot japonais désignant la mort subite de cadres ou d’employés de bureau par arrêt cardiaque par suite d’une charge de travail ou d’un stress trop important), OHNISME (système de production d’origine japonais), EXTIMES (pluriel d’EXTIME, part d’intimité volontairement rendu publique … à ne pas confondre avec « sextime » 🙂 ), MESSTIS (pluriel de MESSTI, qui est une fête annuelle en Alsace), MINHOTE (habitant de la vallée du Minho en Espagne), CUPCAKE (petite pâtisserie au glaçage coloré)
  •  
  • Grand Prix : GYRE (grand tourbillon océanique provoqué par la force de Coriolis, comme chacun sait !)

Phase 3 (Dimanche 24 Janvier … et un peu la veille)

Les scrabbleurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : Secondigny (dans les Deux-Sèvres, près de Parthenay). Leur but : disputer la Phase 3. Nous les avons vus. Pour nous, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne (Montmatin, Vaugeton, La Corberaie, Lusignan, … ), alors que nous cherchions (après avoir quitté la N10) un raccourci que jamais nous ne trouvâmes. Cela a commencé par un bel hôtel et par un couple trop fatigué pour continuer sa route … jusqu’à Secondigny. Cela a commencé par un bon repas dans le restaurant de l’hôtel …

… Maintenant, le monde entier sait que nous sommes à Parthenay, Claudine, pour jouer et Franck, pour arbitrer, le lendemain, la Phase 3 à Secondigny ! Maintenant, vous savez que les scrabbleurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine (certains s’apparentant davantage à des droïdes) et que le cauchemar va commencer le lendemain …


Bon, avant de vous conter cette journée de scrabble, sachez que nous avons passé une très belle soirée et qu’il est très agréable de jouer les anciens pauvres  (la chambre était bradée …) dans un hôtel huppé et un restaurant très classe … pour y fêter l’anniversaire de Claudine, ce 23 janvier 2016 🙂

Le lendemain matin, après un petit déjeuner pantagruélique, place à la compétition avec, en plus de notre seule représentante, 71 joueurs prêts à en découdre pour se qualifier à la finale à Vichy : les favoris logiques étaient Michel Doret (qui jouait dans son jardin), Patrick Maspeyrot (qui joue peu mais il n’a pas été première série par hasard), Bruno Coudour (un jeune de Poitiers qui grimpe dans la hiérarchie actuelle), Jean-Luc Le Toquin (qui termine régulièrement dans les PP1) avec comme outsiders la Picto-Charento-Deux-Sévrienne (!) Martine Raphel,  la Surgérienne Yvonne Allemandou et le Rochelais, Jean-Marie Tinevez, les 2 Lucky-Luke du 17, sans oublier quelques 3ème série comme la vainqueure de la Phase 2 dans le Comité, alias Claudine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme la sono n’était toujours pas arrivée, on a demandé à un gars, à « la voix qui porte » d’annoncer la première partie : oui, on parle bien de votre souriant serviteur !

Partie 1 – 5 scrabbles – 18 coups – top : 847

Coup 1 : Un DROIDE (robot de science-fiction) est préféré à un DRUIDE plus humain. Claudine, encore plus humaine, laisse 2 points sur une solution DODUE mais moins que le DRUIDE.
Coup 2 : Les choses sérieuses commencent car SAUTERA (au bout de DROIDE), joué par notre championne, perd 12 points sur le quadruple SATURERA. L’important était de trouver un des 16 scrabbles jouables, comme le peu connu RESEAUTA, mettre des équipements en réseau.
Coup 4 : Il fallait rester sage et ne pas tenter des mots du genre « toréeuse » ou « epoustées » (comme Liliane qui nous confiera, à midi, qu’elle EPOUSSETTE régulièrement). Colette sait déjà qu’en Suisse, on POUTSE ou on POUTZE, quand on nettoie la poussière. EPOUSEE est choisie, plutôt que PETEUSE même si les 2 ne sont pas incompatibles 🙂
Coup 7 : C’est le coup (tirage stressant avec un joker) qui fera le plus mal dans cette partie, même parmi les premiers. ROQUILLE, qui est une mesure de capacité au Québec, prend 41 points au sous-top QUOTA. Claudine avait une partie du top mais pour 2 petites lettres en moins, la QUILLE prendra une boule de 56 kilos points.
Coup 8 : Ce coup, a priori anodin, sera largement loupé. De nombreux joueurs (dont Michel) vont essayer de poser le nouveau mot EJARRER (débarrasser une fourrure de ses poils raides) et vont louper le seul scrabble qui passait … REJETER !
Coup 9 : Là encore, il y a de la casse. Bruno (parmi de nombreux joueurs) fait, encore (il m’a dit qu’il avait déjà bullé sur ce mot), le mauvais choix entre « moulerie » et MOULIERE (élevage de moules). Ce PICTAVE (mot enfin accepté) d’adoption connaît la forêt de La Moulière (important massif boisé situé à l’est de Poitiers, qui tire son nom des pierres meulières extraites du sol argileux de la région) et donc, a du mal à jouer ce nom propre.
Coup 14 : Il ne faut pas être étourdi pour trouver le S, permettant de jouer ECHINONS, scrabble qui gagne 53 points sur CHINONS (verbe mais aussi boisson à consommer avec modération) ou NICHONS (verbe mais aussi … nourriture à consommer sans modération).

Coups 15 à 18 : La fin de partie permet aux maçons de s’en donner à cœur joie !

Sur cette première partie, Claudine (18ème à – 86) limite la casse car certains prétendants à la qualification sont déjà très loin. Surprise agréable : pour une fois, ce ne sont pas les gars devant. Le trio féminin (Arlette à -10, Danielle à – 15 et Martine à – 24) peut être fier car ce sont les seules à afficher moins de 30 points de débours par rapport au top mais Jean-Luc, Patrick et Robert (dit Robby) sont en embuscade …


Allez, à table ! Heureusement qu’on a prévu nos sandwichs car il faut prendre la voiture pour aller chercher à manger à Secondigny-ville ou dans la mégalopole d’à côté, Parthenay. Après ce repas, style « Caprice des Dieux » pour nos 2 Hiersacais, on a essayé de visiter les environs. En fait, à part le verger d’à côté et l’entreprise correspondante, y’avait pas grand-chose à voir.

Je reprendrais la citation d’une joueuse du coin, Lucienne (en photo ci-dessous), hôtesse du jour mais aussi trésorière du Comité : «à Secondigny, les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir la misère !!!».

C’est d’ailleurs Lucienne, qui va lire la partie 2, partie qui ne restera pas dans les annales, avec 2 N, car sinon … fallait pas pousser, dirait Colette (je la laisse responsable des propos qu’elle aurait pu dire 🙂 )

Partie 2 – 1 scrabble – 23 coups – top : 719 points

Coup 1 : On commence par FLUTE. Je suppose que c’est ce qu’ont dû se dire les gens à la Fédé. Flûte, la partie est ch… comme la mort, bon on la garde, comme ça, on ne pourra pas nous accuser de sélectionner des parties explosives en les magouillant ! Super raisonnement, les gars ! Les joueurs et les arbitres qui se sont ennuyés pendant 2 heures vous ont bénis !
Coup 2 : Et un joker gâché, un … avec GADIDE, poisson du genre morue.
Coup 4 : C’est le scrabble de la partie ! Avec le tirage « ONDULEA », vous avez 2 scrabbles possibles en appui sur une lettre, ONDULERA et DUODENAL (relatif au DUODENUM). Oubliez « ondulage » tenté par certains, car évidemment, il n’y avait ni R, ni D bien placés. Il fallait s’appuyer sur IL pour faire l’ANDOUILLE : ça n’a pas fait rire grand’monde car d’abord il a été très peu trouvé (Patrick, Louisette Vadée de Royan, les Niortaises Monique Leroy-Legoff et Annie Berthoux, et Noëlle Firmin la présidente de Poitiers, peut-être, pardon d’avance pour les erreurs ou les oublis …), ensuite parce qu’on prenait 39 points de négatif … sur une partie où il était impossible de se refaire. Michel a vraiment fait l’ANDOUILLE en se trompant sur le raccord … et sur le compte donc bulle !

Coups 5 à 12 : Pendant ces 8 coups, on regrettera la lettre qui manque ou mal placée sur une grille trop bouchée pour jouer DIATOMEE, ATERMOIE, ATOMISEE ou AZOTEMIE, puis CARROYEE (du verbe CARROYER, quadriller un plan ou une carte), puis EUNECTE (anaconda) ou CRUENTEE (adj., imprégnée de sang), DEPEINTE, REPEINTE, etc
Coups 13 à 19 : Pendant ces 7 coups où on garde le Q, on regrettera l’absence de U … et surtout du tireur de la partie pour lui demander pourquoi il a voulu garder cette partie … intéressante pour départager des « super-série », qui visent le top, mais incongrue pour une Phase 3. N’ayons pas trop mauvais esprit : beaucoup ont appris qu’à part l’ANDOUILLETTE, il y avait aussi ANDOUILLER (nom masculin désignant la ramification d’un cerf) comme rallonge d’ANDOUILLE.
Coups 20 à fin : Après avoir posé QATS (oufffffff !!!!), on tire le 2ème joker … et on regrette l’absence de E pour jouer PINCEREZ. Pour les absents, je donne les 3 tirages finaux « PBTSASH » qui donnera HAST, puis « BPSGRES » qui donnera BER et on termine sur le splendide « GPSSBU » qui donnera GUSS ! Ces tirages résument assez bien la beauté de la partie ! Pour 5 points …

Claudine resserre les boulons (20 points perdus à côté de l’ANDOUILLE, aucune attaque personnelle contre Jean-Marie Tinevez ou Alain Cassart, ses voisins de table 😉 ) …

… et remonte à la 10ème place au classement intermédiaire. La partie est gagnée par Patrick, qui reprend la première place pour ne plus la quitter. Parmi le trio de tête, seule Martine se maintient car Arlette et Danielle ont lâché du lest, et rétrogradent (respectivement) aux 4ème et 8ème place. Le club de Royan est à la fête puisqu’en plus de Wilfrid Gauthier (chef de file et chef, tout court 🙂 ), on notera, dans les 20 premiers, la présence d’Alex Aubrière (12ème), de Christiane Durandet (9ème) et surtout de Louisette Vadée (une des rares ANDOUILLE(S) … en France), qui occupe la 5ème place intermédiaire.

Hélas pour certains et heureusement pour d’autres, la partie 3, lue par Etienne Meignant, va décanter le classement avec ses 6 scrabbles et son top à plus de 1000 points.

Partie 3 – 6 scrabbles – 21 coups – top : 1015 points

Coup 1 : BITUMA prend 2 points à BLUTAI et 4 à BILAT (joué par Claudine)
Coup 2 : DEBOITAS, DEBOISAT (ou le moins simple OBSEDAIT) sont trouvables mais ils font 2 points de moins que le scrabble sec IODATES … et 11 de moins qu’un peu courant MASTOIDE, éminence de l’os temporal.
Coup 4 : Les plus forts (ou les plus kamikazes) joueront le top DUVETERA (on se DUVETE ou on se DUVETTE, au choix !), qui fait, quand même 24 points de plus que DEVOUERA, assuré prudemment par Claudine (si ça se trouve, elle ne l’avait pas vu 🙂
Coup 5 : FLEUREE (à oser) gagne 4 points (en quadruple) sur … PLEUREE, assuré prudemment par C …. pas vu (bis repetita). Certains joueront « refluée » : retenez que FLEURER signifie aussi « répandre de la farine » pour comprendre la transitivité (à l’instar de « la nuit dormie et redormie » ou de « la fumée de cigarette puée », on peut aussi évoquer « la lavande fleurée » 😉 ). Une remarque pas très importante et même anecdotique : avec ce tirage sur SU déjà posé, on aurait pu jouer SUPERFLUE, j’avais prévenu !
Coup 9 : Tirage avec 2 U … et un G, qui permet de jouer GUEUSAT ou la belle anagramme AUGUSTE. Claudine perdra juste 4 points en ne voyant pas, ou en se refusant (bon, vous avez compris que ça marche dans les 2 sens …) TAGUEUSE !
Coup 10 : Un coup très stressant car devant, beaucoup de joueurs ont loupé un mot courant DECLINER mais il faut dire que la grille était bien ouverte et que le D d’appui n’était pas la première lettre visible. En effet, le I de DECLINER transformait BRIMA en BRIMAI. Paradoxalement, il a été peu loupé derrière (j’écris en connaissance de cause, moi qui arbitrais les 15 dernières tables) sauf par ceux qui ont tenté « cilèrent » ou qui ont paniqué et qui ne connaissent pas CRENELAI, joué par Claudine … en tremblant. CRENELAI, qui perdait 23 points sur DECLINER (le verbe CRENELER signifie « denteler »).
Coup 11 : Avec HALEINE ou INHALEE implaçables, certains ont flambé « haleiner » ou « halenier » alors qu’il fallait encore conjuguer pour dégoter HELAIENT, en triple, qui prenait plus d’une cinquantaine de points sur le sous-top.
Coup 12 : Petite anecdote. Claudine joue EXO en L6 et perd 3 points sur EXON … en L6 ! La partie 2 a fatigué les organismes !!
Coup 13 : Raymonde Berthaud, joueuse d’Angoulême, sera la seule (de la salle) à jouer TOSA, sympathique chien-chien d’attaque japonais.

Coup 15 : Vous prenez « FR?GLTI » et vous avez 3 minutes pour trouver le seul scrabble jouable en appui avec ces lettres. Certains joueurs tenteront « flirtage » (tiré de la fameuse chanson du regretté Michel Delpech « pour un flirtage avec toi, je ferais n’importe quoi » …) et c’était, effectivement, n’importe quoi. Ils seront les premiers à regretter de n’avoir pas joué … FILTRAGE !
La fin de partie ne créera pas de grands écarts, le mal était fait.

Claudine (16ème de la partie à – 92) assure le principal en grattant une nouvelle place au cumul : elle termine 9ème et se qualifie brillamment pour la finale du Championnat de France, qui aura lieu le 7 et 8 mai à Vichy, et représentera avec Franck (et peut-être Denise, qui n’avait pas voulu disputer la Phase 3, si elle se qualifie à la finale régionale) le club de Hiersac. Certains joueurs ont explosé (les 2 Royannaises Louisette et Christiane, les 2 Rochelais Danielle et Jean-Guy Simonnet et les 2 Marie-Claude Angoumoisines) permettant à Jacqueline Le Courtois, François Aubin, Stéphane Augène, Mireille Le Guédart, Bernadette Jolivet et Lily Chaboisson d’intégrer le top 20, synonyme de qualification pour Vichy. Bravo à tous les qualifiés … mais aussi aux autres joueurs !

Le retour à Angoulême-City se fera par des petites routes (toujours aussi solitaires qu’à l’aller) qui tournent, qui tournent … avant d’arriver sur la N10, où ça roule, ça roule vite !! Franck, bien crevé par sa journée laissera le volant à la femme en forme du week-end, malgré son année supplémentaire, vous avez tous reconnu LUCANIDE ! Dernière info : saviez-vous qu’avec les lettres «CLAUDINE B. », on ne peut former qu’un seul mot sur lettre d’appui ? Cherchez un peu et quand vous aurez trouvé ce mot de dix lettres, vous l’aurez bien cernée !

TH de Saint-Jean d’Angély (Dimanche 18 Janvier 2016)

88 joueurs, soit 14 de plus que l’année passée, sont venus de toute la … France (ben oui, y’avait une deuxième série normande du club de Ouistreham, ville plus connue pour ses plages du débarquement que par son club de Scrabble) pour aller jouer à Saint-Julien de l’Escap (petit bourg jouxtant Saint-Jean d’Angély). Christiane, la Présidente et toute son équipe, nous ont accueillis, comme d’hab, par le sourire, un café de bienvenue (donc offert !) avec des petits gâteaux … et « la bonne année » car de nombreux joueurs disputaient leur première compétition en 2016 … avec les nouveaux mots de l’ODS7. Côté accueil, on signalera que cette année, nous étions moins serrés que l’année passée et en plus, nous avons eu un joli cadeau avec une belle boîte en bois dans laquelle étaient placés 2 jeux de 54 cartes et 5 dés (belle idée !)
Place à la compétition : l’équipe J35 est composée de Cécile, Christine, Nicole, Colette, Denise, Jocelyne, Catherine, Claudine et Franck. Le grand favori est (une fois n’est pas coutume) Jacques Fournier mais les outsiders Jacki Parpillon, Jean Dol, Bernard Proux, bibi, Jean-Luc Le Toquin, Martine Raphel et … Marie-Hélène Gandy (de Ouistreham !) vont jouer crânement leur chance.


C’est la chef, Christiane, qui officie pour la première partie, qui va se révéler meurtrière pour de nombreux joueurs. Puisque c’est encore l’époque des vœux, je souhaiterais que Christiane s’entraîne cette année à arbitrer pour être plus à l’aise et, ainsi, annoncer, comme il se doit, les parties d’un TH homologué, c’est-à-dire en donnant d’abord le score, puis la place puis le mot … et en pensant à donner le reliquat avant d’annoncer les lettres tirées … ce serait cool !

Partie 1 – 23 coups – 4 scrabbles – top : 871

Coup 1 : Dès le départ, on peut perdre 4 points sans rougir si on ne connaît pas (ou si n’ose pas jouer ) NOESE, acte de penser en philosophie.
Coup 2 : On joue EWEES, nouveau mot !
Coup 3 : On joue EWEE (pour13 points), ai-je dit que c’est le nouveau féminin d’EWE ?
Coup 4 : Bruno (Fouet) arrête la partie et rappelle à sa présidente qu’il y avait un jeu-pronostic … et nous voilà, en pleine partie, à se demander à quel coup va tomber le W après avoir posé EWEES !
Coup 7 : Le tirage « EPIG?LR », donné pourtant dans cet ordre, provoque … un massacre ! Jacki, Bernard, Franck, Claudine, et de nombreux jours loupent le seul scrabble, vu par Denise et Jocelyne (ou Cécile) (merci de rectifier si ma mémoire me joue des tours) parmi les Hiersacais. EPINGLER (c’est facile, dirait Nicole !) prend 56 points aux sous-tops !
Coup 8 : SAUVETE (bourgade rurale servant d’asile) ne peut se placer sur cette grille mais certaines, comme Claudine, se sont VAUTREES et n’ont perdu que 9 points sur des ETUVAGES, à oser.


Coup 9 : Denise et Christine (?) sauvent l’honneur de Hiersac en jouant FROUATES (FROUER, à la chasse, imiter le cri de la chouette), qui prend 48 points à FURETAS. Claudine, à la dérive (- 145, au bout de 9 coups) joue SOUFRATES (en 9 lettres) en s’inventant un 2ème S et prend un autre uppercut.
Coup 13 : Plus de la moitié de la salle prendra une bulle en mettant un S à INCOMBA, alors que le verbe défectif INCOMBER ne se conjugue qu’à la troisième personne du singulier et du pluriel.
Coup 14 : C’est le coup de grâce. Jean, avant l’annonce du mot, nous dit « sur un P, il y avait PANDANUS, mais y’a pas de P ». L’arbitre annonce « En I8, vous posez PANDANUS … pour 62 points » !!! Perso, je n’ai aucun regret mais Jocelyne, spécialiste en plantes, connaissait cet arbuste des régions chaudes.

Colette dessinera, à table, deux PANDAS NUS (avec le talent de dessinatrice qu’on ne lui connaissait pas ;-)… pour se rappeler de ce mot. Y’a d’autres façons de se rappeler de « pan d’anus » mais ne comptez pas sur moi pour vous détourner du droit chemin ! Les Hiersacais perdent, encore, une quarantaine de points, Franck, jouant NAIN et Claudine, BANDANT, … sans rapport avec ce qui précède, évidemment !
Coup 15 : ZAIN, adjectif masculin qui qualifie un cheval ou un chien, dont la robe uniforme n’a aucun poil blanc, gagne 6 points sur … JAIN, à la même place.
Coup 18 : KOTA ou KOLA, subtile collante, ne doit pas être loupé sinon c’est encore 16 points perdus !
Coup 19 : KACHE (= KACHA, plat populaire russe) prendra 5 points à ceux qui sont restés dans la DECHE et 38 (!) à Jean, mais aussi Colette, Jocelyne et d’autres joueurs qui vont tenter de féminiser ZAIN
Coup 20 : C’est le bouquet (pas encore final, mais presque) de THYM qui creusera un peu plus les négatifs
Coup 21 : Jean joue une très belle RIXDALE, ancienne monnaie d’Europe Centrale et du Nord, … et perd 6 points sur DIX (sur 44, en fait).
Coup 22 : On continue de perdre des points avec une PEAU, bien collée. Claudine joue AMEN, ce qui reflète son état d’esprit en cette fin de partie 😉

Jacques (- 4) atomise ses concurrents puisque la 2ème Marie-Hélène (vous savez, de Ouistreham) est à -40 et la surprenante Jacqueline Le Courtois limite la casse à – 81. Côté Hiersacais, c’est Denise qui a le mieux résisté : elle pointe à la 15ème place (au milieu des SN3). Mais, derrière c’est la soupe à la grimace : Franck (17ème à – 160) recule de 12 places, Claudine (55ème à – 262) passe de la place 9 à la table 55 (parmi les SN5 !), Cécile, Christine, Catherine, Jocelyne, Nicole et Colette (dans cet ordre) naviguent (en eaux troubles) entre les places 64 et 84 …
Il est temps d’aller manger et de se raconter toutes nos misères. Les gâteaux, les macarons, les mandarines et le bon café, apportés par les unes et les autres, nous permettront de nous requinquer.

C’est, le très sympathique, Jean-Claude Vignal qui se charge de tirer la deuxième partie.

Partie 2 – 23 coups – 5 scrabbles – top : 1017

Coup 1 : Nous sommes nombreux à nous refuser THRENE (chant funèbre dans l’Antiquité grecque) pour 2 points. Il faut anticiper ANTHRENE en H1, insecte nuisible aux fourrures … qui ne sortira pas.

Coup 2 : C’est déjà la panique ! Ma voisine (Françoise Courtaux, du comité Aquitaine) fait son billet au tirage. Je reste sec et perd 22 points sur WOOFER (haut-parleur de basses). Claudine joue « profe », mélangeant PROF et PROFES, religieux qui a prononcé ses vœux, AMEN !
Coup 5 : Il faut oser jouer PAQUETEE (du verbe PAQUETER). Les moins joueurs perdront 28 points en restant à la PETANQUE.
Coup 7 : Franck rappelle qu’il a quelques notions de physique, en jouant le top SAVART (+ 12 sur SALAT), qui est une unité mesurant la différence de hauteur de sons musicaux.
Coup 9 : Le joker, accompagné, de « AEILLX » me donne des sueurs froides. Sur le P (en triple), dois-je jouer PAILLEUX ou « praxille », pour 107 points. Prudent, je ne joue ni l’un, ni l’autre et assure avec LEXICALE (anagramme d’EXCELLAI, qui passait pour le même score) … qui perd 25 points sur PAILLEUX (joué notamment par Denise et Claudine, qui vient de se réveiller !) mais qui gagne 82 points sur « praxille », confondu avec le mot joué, PAXILLES, champignons vénéneux.

Coup 10 : Pas le temps de gamberger car la sortie du 2ème joker débouche sur un scrabble unique qui DEFIGURE la feuille de route des joueurs qui l’ont loupé.
Coup 11 : Mon sympathique voisin, François Aubin, dit le flambeur, s’enflamme en jouant un « kerin » qui aurait pu valoir 85 points mais hélas pour lui, il reste dans les starting-block au départ de KEIRIN, course cycliste sur piste. Il perd 64 points sur un DRINK
Coup 12 : Encore un scrabble unique avec SOUMETS sec, qui passait à différents endroits.
Coup 15 : ANIL, petit arbre dont on tire l’indigo, est subtilement collé sous les PAXILLES.
Coup 16 : Les LINGOTS valent aussi cher que les TIGLONS (= TIGRONS, hybrides de lionnes et de tigres).

Coups 21 à fin  : Le tirage est amusant … a posteriori car on apprend que sur un E, on aurait pu jouer CUNICOLE, qui n’a rien à voir avec la partie anatomique d’une des joueuses « qui a bien travaillé » mais qui concerne la CUNICULTURE, c’est-à-dire l’élevage des lapins, et non une technique décrite dans le petit Kamasutra illustré 🙂 . Claudine perd 7 points sur ce coup, en jouant COULE, puis TUE et enfin JE … mots à remettre dans le bon ordre pour résumer la journée 🙂

Jean-Luc gagne la partie, à – 9, et s’empare de la 2ème place. Jacki (2ème à – 13) se replace après une première partie ratée et Denise (3ème à – 24) crée l’exploit en occupant la 7ème place intermédiaire, au milieu des SN2. Franck (7ème à – 50) et Claudine (17ème à – 78) enclenchent la marche avant. Colette se reprend bien en terminant 40ème de cette partie, loin devant Jocelyne, Catherine, Christine, Nicole et Cécile, laquelle continue de nous faire rire en nous racontant ses frasques.
Le président du club de Hiersac est fier de compter, parmi ses ouailles (amen, ter !) les reines du pronostic, en l’occurrence, Nicole qui a bien prévu qu’il n’y aurait pas de nouveau mot ODS7 dans cette partie et qui s’est approchée au plus près du cumul réel … et Catherine (spécialiste du Q, la lettre qui va bien avec le U, dirait Marie-Jeanne), qui va trouver que, sur la troisième partie, le Q sera gardé 2 tours avant de le poser pour 35 points.

Pendant cette pause, certains boiront du café ou mangeront des clémentines pendant que d’autres se rhabilleront.

On pouvait aussi déguster les excellentes pâtisseries confectionnées par les joueuses (et sans doute, quelques joueurs) du club de Saint-Jean d’Y’. C’est le chef-cuisinier, Bruno Fouet, lequel a confectionné le repas du midi (son célèbre boudin-purée a encore été unanimement apprécié), qui tire la partie 3. Il va chambouler le classement, en tirant une partie agréable, émaillée de 6 scrabbles dont un sera raté par de nombreux joueurs, même devant.

Partie 3 – 21 coups – 6 scrabbles – top : 1070

Coup 1 : On démarre avec un cadeau. Le joker permet de jouer 9 scrabbles dont le régional de l’étape, FROUERA (joker O) mais on pouvait aussi jouer BAFREUR (joker B), RAFTEUR (joker F) et FRAYURE (joker Y) parmi les moins connus.
Coup 2 : Bruno choisit TUBIFEX, petit ver tubicole, sans doute pour ouvrir la grille vers la partie nord-ouest.
Coup 3 : ELANCENT (préparer RELANCENT) ou ENLACENT sont plus lucratifs (et plus jolis) que CANULENT (= ennuient, importunent) ou l’anagramme (cherchez, c’est un participe présent !)
Coup 5 : On est content de TROUVER le E pour jouer … un joli TROUVERE (ou REOUVERT) pour 82 points et pourtant on perd 14 points sur … TURNOVER (rotation du personnel), anagramme de ROUVRENT me dira Jacques, qui n’a pas vu le bon N pour quadrupler !
Coup 7 : Franck est content de voir une SALOPE de 46 … points mais un SILPHE (insecte coléoptère) plus poétique faisait 54 points. Claudine, qui n’a pas repéré la bonne place (mettre un S à JEAN) reste fidèle aux indiens en plaçant des HOPIS, le S venant au bout de FROUERA … Jacques (encore lui) sera frustré de n’avoir pas de Y pour poser HYPOLAIS (passereau africain).

Moi, j’étais plutôt content que cet oiseau (de malheur…) ne puisse pas se poser sur la grille.
Coup 10 : DEMOLIT n’est pas insurmontable si on voit la seule place pour le placer.
Coup 12 : La sortie du premier joker est stressante avec le nonuple ouvert (sur un Z) mais ni LAQUEES, ni QUELEAS (encore des passereaux africains) ne passent en 7 lettres ou sur une lettre d’appui. On n’était pas loin de jouer QUETZALES
Coup 14 : C’est le coup qui dessinera le classement final. Les forts en thème savent que le LEGISTE aime les BALNEOS. Les autres sueront pour dégoter un N bien planqué et jouer des GENTILES (mot qui désigne la population d’un lieu comme Hiersacais, par exemple 😉 … pas GENTILS du tout, notamment pour Denise qui rentre dans le rang et retourne parmi les SN3.

Coup 15 : Sur ce coup plutôt « MERDIQO », Claudine montre sa connaissance des civilisations précolombiennes, en jouant QUIPO, sur U et P déjà posés. Le QUIPO était un assemblage de cordes de laine dont le nombre, les couleurs et les nœuds étaient porteurs de sens pour ces populations. Franck, voyant trop tard la place, se dira (mentalement …) « QUIPO le plus, peut le moins » !
Coup 18 : Franck, en pleine forme ce jour-là, voit MOUD en collante le long de TUBIFEX et se lamente de ne pas avoir de S dans le tirage pour prolonger WEB. On joue, au même endroit, … MOUDS (joker S), no comment !
Coup 19 : Il faut rester concentré car DOMMAGES ou DEGOMMAS font 80 points … mais c’est une bonne dizaine de points perdus sur des DEMAGOS, le E venant devant MOUDS !
Coup 21 : VU (ou pas pour beaucoup) termine la partie, le U formant QUIPOU (= QUIPO !)

Jacki et Jean (respectivement à – 28 et – 34) remontent 3ème et 4ème au cumul derrière Jacques et Jean-Luc qui ont bétonné. Franck (4ème à – 42) remonte dans les … PP2 et Claudine (7ème de la partie, à – 65 !) poursuit sa remontée en flèche, elle arrive 21ème mais les derniers PP3 sont attribués au 20ème, son pote Robby, dommage ! Denise (15ème) descend à la 10ème place au général (dans les PP3) mais c’est une très belle perf car, le matin, elle était partie de la table 18. Jocelyne et Christine (qui ont plutôt bien joué la dernière partie) et Colette, qui s’est maintenue, terminent dans un mouchoir de poche, entre la 62ème et 64ème place : elles ont toutes progressé par rapport à leur place initiale. Catherine et Cécile, à l’instar du couple Berry, ont connu une journée sans, ça arrive et ce n’est pas bien grave. Nicole a juste travaillé pour garder un point d’avance sur la dernière, quel talent !

Le Grand Prix s’est déroulé en 3 actes :
– acte 1 : au coup 2, Jacques est éliminé car il a oublié d’entourer son joker et RAMIFiAS ou RAMiFIAS ne fait pas le même score. Denise est, aussi, virée avant d’être réintégrée car elle a joué AFFIRMAS (joker F) et même si elle s’est trompée dans le score et qu’elle n’a pas entouré le joker, il n’y a qu’un score possible. En fait, le top, trouvé par aucun des joueurs, était PARFUMAI, joker P, en quadruple …


– acte 2 : Denise et Franck sont éliminés du Grand Prix au coup suivant car, sans se consulter, ils n’ont rien marqué sur leur papier … et pourtant, Denise avait trouvé le top, RIRAI pour 14 points.
– acte 3 : Jacki et Jean loupent, de concert, OESTRIOL (vu par bibi, mais dans les tribunes, c’est plus facile) et Jean s’impose au coup suivant.

Catherine, Colette, Jocelyne et Nicole sont parties rapidement. Dommage : Colette (première des 6C-6D) et Nicole (médaille d’argent … en partant de la fin) n’ont pas pu récupérer leur lot et c’est Cécile qui est restée qui en a profité pour recevoir le lot. En tant qu’organisateur de compétitions, je trouve que ce n’est que justice, car quand on peut faire l’effort de rester un peu plus longtemps, ne serait-ce que par respect des organisateurs qui se décarcassent pour dégoter tous ces lots.


Allez, il est temps d’aller manger la traditionnelle galette. Evidemment, nous reviendrons à Saint-Jean d’Angély, pas parce qu’on y joue bien (il suffit de regarder, ci-dessous, les tronches de Cécile et Bibi, pour s’en convaincre) mais parce que l’accueil y est toujours aussi chaleureux !

Semaine de la galette (Janvier 2016)

Nous avons encore pris quelques kilos avec les galettes de Mercredi (offertes par Christine et Cécile) et arrosées par Pierre (absent !) et le Club. Merci à tous pour avoir contribué, une fois de plus, à apporter de la chaleur, des sourires et des rires dans ce club si convivial. Je ne cite pas tous les joueurs mais Dominique s’est distingué par ses histoires de … bidet (fallait être sur place) et Claudine par sa galerie de portraits (en cliquant ici).

Le Vendredi, rebelote avec la galette-anniversaire, offerte par Claudine, qui fêtait ses 27 ans (!) en arrosant la fève (qu’elle a eue !) avec du pétillant de framboise et un autre de pomme. 

Simultané Mondial (Samedi 9 Janvier 2016)

Notre fer de lance, Denise, a eu la gentillesse de rédiger l’article suivant pour conter les aventures des joueurs de Hiersac.

En l’absence de nos deux plus valeureux représentants du club, les joueurs de Hiersac ont fait ce qu’ils ont pu pour défendre dignement les couleurs de leur club. Qu’ils aient pu, peu ou prou, face aux difficultés des parties, c’est une autre affaire …

Une 1ère partie qui démarre mal pour les 10 joueurs présents car aucun de nous n’est fichu de former ENNOIES avec le 1er tirage. Donc, on doit assumer un handicap de 52 points d’emblée. Au 3ème coup, le tirage BRINGUE nous fait gamberger : est-ce qu’on peut jouer BRINGUEE ou faut-il se contenter de BRINGUES pour 23 points de moins ? Réponse : les raisonneurs se contentent du pluriel et les flambeuses (Nicole et Cathy, pour ne pas les nommer) choisissent la 1ère solution … avec raison ! Quelques tirages sans commentaires sinon qu’il manque un P pour jouer GALOPADE au coup 6 et que le C, en colonne 1, est une case trop haut pour pour permettre le nonuple TONICITE au coup 7 : on se contente de COITENT. Le coup 9 permet de découvrir une autre orthographe de RAFIAUX, que je ne connaissais pas, et qui prend 9 points sur un FURAX qui n’a pas échappé à Nicole. Il faut rester vigilant car, au coup 15, arrive le 1er mot ODS7 avec le tirage « IETMMEU » : Christine et moi formons EMMIEUTE pour 74 points, rejoignant le groupe des « bûcheurs » d’Angoulême. le coup suivant sera le 2ème et dernier (nouveau mot) de la journée : EWEE ! Tout le monde a eu une pensée pour Francis … qui a joué EWE ailleurs pour nettement moins de points.

Denise me demande de rajouter : « Entre les 2 parties (petit clin d’œil à M. Jeanne !), les joueurs ont eu droit à une belle et bonne collation sous forme de différentes galettes, briochée ou frangipane, offertes par Arlette pour fêter son anniversaire ! »

Je reprends la plume (ou la souris, plutôt) pour commenter la partie 2 (à partir du coup 3) mais, Denise ne m’ayant pas dit ce que les uns et les autres ont fait sur cette partie, vous n’aurez qu’un compte rendu technique !

Partie 2 – 7 scrabbles – 18 coups – top : 960

La vraie difficulté sera au 2ème coup avec le tirage « NIITAAU » (on a posé JOUIRA au 1er coup). A l’annonce du score et vu le murmure de la salle, peu de joueurs ont dégotté OUATINAI pour 66 points.

Je reprends la plume (ou la souris, plutôt) pour commenter la partie 2 (à partir du coup 3) mais, Denise ne m’ayant pas dit ce que les uns et les autres ont fait sur cette partie, vous n’aurez qu’un compte rendu technique !

Coup 3 : Le scrabble, sélectif, OUATINAI a ouvert un nonuple avec un I en 5ème position et on peut imaginer le stress des joueurs à l’annonce du tirage « SSBIO?E ». Ouf, plus de peur que de mal car, à une case près, les joueurs échappent à BIOPSIES en nonuple ! Ce mot, en triple, ne prend que 6 points à de plus simples … BESOINS, par exemple.
Coup 5  : EXALTENT est plus simple à construire que son anagramme TELEXANT, qui gagne 17 points méritoires … mais encore, faut-il chercher mieux, n’est-ce pas C… ? Comme il y a plusieurs prénoms commençant par la lettre C, je vous laisse le soin de chercher !
Coup 7 : Si on a suivi les conseils de son président de club (ce que n’a pas fait ladite C…), on construit la finale -AIENT et on doit trouver LOUAIENT, sans coup férir. Bon, si vous n’avez rien vu, ce n’est pas la peine de vous vilipender car on panique vite avec AEIOULN surtout si on veut placer tout son vocabulaire animalier comme LIONCEAU, COLINEAU ou POULAINE (trouvez l’intrus !)

Coup 8 : Encore un scrabble ! Si on cherche le scrabble (j’espère que Colette n’a pas joué aux légos), on peut trouver les sous-tops AMINCIR ou MINCIRA qui ne perdent que 3 points sur CARMINER (teindre avec du carmin). Sur ce coup, on signalera les mots peu courants tels que MARCONI (grande voile triangulaire) ou CRAMINE (froid intense).
Coup 9 : C’est le 6ème scrabble de la partie qui est joué. Pour toper, il fallait s’appuyer sur un C pour jouer COMPTEES ou le moins connu COMPETES (du verbe intransitif COMPETER, être de la compétence). On limitait la casse avec ESTOMPE ou EMPOTES.
Coup 12 : COTRE (petit bateau à un mât) est préféré à COTER

Coup 13 : La Fédé se fait plaisir en tirant « LAFEEDE ». Evidemment, il n’y a pas de T pour DEFLATEE (diminuer un prix) mais un R pour poser le 7ème et dernier scrabble de la partie : FEDERALE … bizarre, vous avez dit bizarre ?
Coup 14 : On comprend le choix de COTRE car VETU, formant COTRET (petit fagot de bois), gagne 11 points sur NEY.

Denise gagne (sur le centre d’Angoulême) la 2ème partie à – 27 et remonte de la 5ème à la 2ème place … une cinquantaine de points derrière Gigi Lassalle. On saluera les belles perfs des trois « 6ème série » Nicole, Cathy et Catherine qui finissent parmi les « 5ème série » et surtout l’excellente prestation de Christine (6A) qui vient jouer les trouble-fêtes (Denise ou C… corrigeront car le pluriel des mots composés n’a jamais été ma tasse de thé !) parmi les « 4ème série ». On n’oubliera pas de citer tous les autres joueurs qui ont eu le mérite de participer en commençant par Chantal, dont c’était le baptême du feu, ainsi que Jocelyne, la fameuse C. (ne comptez pas sur moi pour dévoiler son prénom !), Linette et le seul représentant de la gente masculine, Francis.

Merci aux arbitres, aux ramasseurs et à tout le club d’Angoulême qui ont accueilli la dizaine de joueurs de Hiersac.