Phase 3 (Dimanche 24 Janvier … et un peu la veille)

Les scrabbleurs : ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination : Secondigny (dans les Deux-Sèvres, près de Parthenay). Leur but : disputer la Phase 3. Nous les avons vus. Pour nous, tout a commencé par une nuit sombre, le long d’une route solitaire de campagne (Montmatin, Vaugeton, La Corberaie, Lusignan, … ), alors que nous cherchions (après avoir quitté la N10) un raccourci que jamais nous ne trouvâmes. Cela a commencé par un bel hôtel et par un couple trop fatigué pour continuer sa route … jusqu’à Secondigny. Cela a commencé par un bon repas dans le restaurant de l’hôtel …

… Maintenant, le monde entier sait que nous sommes à Parthenay, Claudine, pour jouer et Franck, pour arbitrer, le lendemain, la Phase 3 à Secondigny ! Maintenant, vous savez que les scrabbleurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine (certains s’apparentant davantage à des droïdes) et que le cauchemar va commencer le lendemain …


Bon, avant de vous conter cette journée de scrabble, sachez que nous avons passé une très belle soirée et qu’il est très agréable de jouer les anciens pauvres  (la chambre était bradée …) dans un hôtel huppé et un restaurant très classe … pour y fêter l’anniversaire de Claudine, ce 23 janvier 2016 🙂

Le lendemain matin, après un petit déjeuner pantagruélique, place à la compétition avec, en plus de notre seule représentante, 71 joueurs prêts à en découdre pour se qualifier à la finale à Vichy : les favoris logiques étaient Michel Doret (qui jouait dans son jardin), Patrick Maspeyrot (qui joue peu mais il n’a pas été première série par hasard), Bruno Coudour (un jeune de Poitiers qui grimpe dans la hiérarchie actuelle), Jean-Luc Le Toquin (qui termine régulièrement dans les PP1) avec comme outsiders la Picto-Charento-Deux-Sévrienne (!) Martine Raphel,  la Surgérienne Yvonne Allemandou et le Rochelais, Jean-Marie Tinevez, les 2 Lucky-Luke du 17, sans oublier quelques 3ème série comme la vainqueure de la Phase 2 dans le Comité, alias Claudine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme la sono n’était toujours pas arrivée, on a demandé à un gars, à « la voix qui porte » d’annoncer la première partie : oui, on parle bien de votre souriant serviteur !

Partie 1 – 5 scrabbles – 18 coups – top : 847

Coup 1 : Un DROIDE (robot de science-fiction) est préféré à un DRUIDE plus humain. Claudine, encore plus humaine, laisse 2 points sur une solution DODUE mais moins que le DRUIDE.
Coup 2 : Les choses sérieuses commencent car SAUTERA (au bout de DROIDE), joué par notre championne, perd 12 points sur le quadruple SATURERA. L’important était de trouver un des 16 scrabbles jouables, comme le peu connu RESEAUTA, mettre des équipements en réseau.
Coup 4 : Il fallait rester sage et ne pas tenter des mots du genre « toréeuse » ou « epoustées » (comme Liliane qui nous confiera, à midi, qu’elle EPOUSSETTE régulièrement). Colette sait déjà qu’en Suisse, on POUTSE ou on POUTZE, quand on nettoie la poussière. EPOUSEE est choisie, plutôt que PETEUSE même si les 2 ne sont pas incompatibles 🙂
Coup 7 : C’est le coup (tirage stressant avec un joker) qui fera le plus mal dans cette partie, même parmi les premiers. ROQUILLE, qui est une mesure de capacité au Québec, prend 41 points au sous-top QUOTA. Claudine avait une partie du top mais pour 2 petites lettres en moins, la QUILLE prendra une boule de 56 kilos points.
Coup 8 : Ce coup, a priori anodin, sera largement loupé. De nombreux joueurs (dont Michel) vont essayer de poser le nouveau mot EJARRER (débarrasser une fourrure de ses poils raides) et vont louper le seul scrabble qui passait … REJETER !
Coup 9 : Là encore, il y a de la casse. Bruno (parmi de nombreux joueurs) fait, encore (il m’a dit qu’il avait déjà bullé sur ce mot), le mauvais choix entre « moulerie » et MOULIERE (élevage de moules). Ce PICTAVE (mot enfin accepté) d’adoption connaît la forêt de La Moulière (important massif boisé situé à l’est de Poitiers, qui tire son nom des pierres meulières extraites du sol argileux de la région) et donc, a du mal à jouer ce nom propre.
Coup 14 : Il ne faut pas être étourdi pour trouver le S, permettant de jouer ECHINONS, scrabble qui gagne 53 points sur CHINONS (verbe mais aussi boisson à consommer avec modération) ou NICHONS (verbe mais aussi … nourriture à consommer sans modération).

Coups 15 à 18 : La fin de partie permet aux maçons de s’en donner à cœur joie !

Sur cette première partie, Claudine (18ème à – 86) limite la casse car certains prétendants à la qualification sont déjà très loin. Surprise agréable : pour une fois, ce ne sont pas les gars devant. Le trio féminin (Arlette à -10, Danielle à – 15 et Martine à – 24) peut être fier car ce sont les seules à afficher moins de 30 points de débours par rapport au top mais Jean-Luc, Patrick et Robert (dit Robby) sont en embuscade …


Allez, à table ! Heureusement qu’on a prévu nos sandwichs car il faut prendre la voiture pour aller chercher à manger à Secondigny-ville ou dans la mégalopole d’à côté, Parthenay. Après ce repas, style « Caprice des Dieux » pour nos 2 Hiersacais, on a essayé de visiter les environs. En fait, à part le verger d’à côté et l’entreprise correspondante, y’avait pas grand-chose à voir.

Je reprendrais la citation d’une joueuse du coin, Lucienne (en photo ci-dessous), hôtesse du jour mais aussi trésorière du Comité : «à Secondigny, les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir la misère !!!».

C’est d’ailleurs Lucienne, qui va lire la partie 2, partie qui ne restera pas dans les annales, avec 2 N, car sinon … fallait pas pousser, dirait Colette (je la laisse responsable des propos qu’elle aurait pu dire 🙂 )

Partie 2 – 1 scrabble – 23 coups – top : 719 points

Coup 1 : On commence par FLUTE. Je suppose que c’est ce qu’ont dû se dire les gens à la Fédé. Flûte, la partie est ch… comme la mort, bon on la garde, comme ça, on ne pourra pas nous accuser de sélectionner des parties explosives en les magouillant ! Super raisonnement, les gars ! Les joueurs et les arbitres qui se sont ennuyés pendant 2 heures vous ont bénis !
Coup 2 : Et un joker gâché, un … avec GADIDE, poisson du genre morue.
Coup 4 : C’est le scrabble de la partie ! Avec le tirage « ONDULEA », vous avez 2 scrabbles possibles en appui sur une lettre, ONDULERA et DUODENAL (relatif au DUODENUM). Oubliez « ondulage » tenté par certains, car évidemment, il n’y avait ni R, ni D bien placés. Il fallait s’appuyer sur IL pour faire l’ANDOUILLE : ça n’a pas fait rire grand’monde car d’abord il a été très peu trouvé (Patrick, Louisette Vadée de Royan, les Niortaises Monique Leroy-Legoff et Annie Berthoux, et Noëlle Firmin la présidente de Poitiers, peut-être, pardon d’avance pour les erreurs ou les oublis …), ensuite parce qu’on prenait 39 points de négatif … sur une partie où il était impossible de se refaire. Michel a vraiment fait l’ANDOUILLE en se trompant sur le raccord … et sur le compte donc bulle !

Coups 5 à 12 : Pendant ces 8 coups, on regrettera la lettre qui manque ou mal placée sur une grille trop bouchée pour jouer DIATOMEE, ATERMOIE, ATOMISEE ou AZOTEMIE, puis CARROYEE (du verbe CARROYER, quadriller un plan ou une carte), puis EUNECTE (anaconda) ou CRUENTEE (adj., imprégnée de sang), DEPEINTE, REPEINTE, etc
Coups 13 à 19 : Pendant ces 7 coups où on garde le Q, on regrettera l’absence de U … et surtout du tireur de la partie pour lui demander pourquoi il a voulu garder cette partie … intéressante pour départager des « super-série », qui visent le top, mais incongrue pour une Phase 3. N’ayons pas trop mauvais esprit : beaucoup ont appris qu’à part l’ANDOUILLETTE, il y avait aussi ANDOUILLER (nom masculin désignant la ramification d’un cerf) comme rallonge d’ANDOUILLE.
Coups 20 à fin : Après avoir posé QATS (oufffffff !!!!), on tire le 2ème joker … et on regrette l’absence de E pour jouer PINCEREZ. Pour les absents, je donne les 3 tirages finaux « PBTSASH » qui donnera HAST, puis « BPSGRES » qui donnera BER et on termine sur le splendide « GPSSBU » qui donnera GUSS ! Ces tirages résument assez bien la beauté de la partie ! Pour 5 points …

Claudine resserre les boulons (20 points perdus à côté de l’ANDOUILLE, aucune attaque personnelle contre Jean-Marie Tinevez ou Alain Cassart, ses voisins de table 😉 ) …

… et remonte à la 10ème place au classement intermédiaire. La partie est gagnée par Patrick, qui reprend la première place pour ne plus la quitter. Parmi le trio de tête, seule Martine se maintient car Arlette et Danielle ont lâché du lest, et rétrogradent (respectivement) aux 4ème et 8ème place. Le club de Royan est à la fête puisqu’en plus de Wilfrid Gauthier (chef de file et chef, tout court 🙂 ), on notera, dans les 20 premiers, la présence d’Alex Aubrière (12ème), de Christiane Durandet (9ème) et surtout de Louisette Vadée (une des rares ANDOUILLE(S) … en France), qui occupe la 5ème place intermédiaire.

Hélas pour certains et heureusement pour d’autres, la partie 3, lue par Etienne Meignant, va décanter le classement avec ses 6 scrabbles et son top à plus de 1000 points.

Partie 3 – 6 scrabbles – 21 coups – top : 1015 points

Coup 1 : BITUMA prend 2 points à BLUTAI et 4 à BILAT (joué par Claudine)
Coup 2 : DEBOITAS, DEBOISAT (ou le moins simple OBSEDAIT) sont trouvables mais ils font 2 points de moins que le scrabble sec IODATES … et 11 de moins qu’un peu courant MASTOIDE, éminence de l’os temporal.
Coup 4 : Les plus forts (ou les plus kamikazes) joueront le top DUVETERA (on se DUVETE ou on se DUVETTE, au choix !), qui fait, quand même 24 points de plus que DEVOUERA, assuré prudemment par Claudine (si ça se trouve, elle ne l’avait pas vu 🙂
Coup 5 : FLEUREE (à oser) gagne 4 points (en quadruple) sur … PLEUREE, assuré prudemment par C …. pas vu (bis repetita). Certains joueront « refluée » : retenez que FLEURER signifie aussi « répandre de la farine » pour comprendre la transitivité (à l’instar de « la nuit dormie et redormie » ou de « la fumée de cigarette puée », on peut aussi évoquer « la lavande fleurée » 😉 ). Une remarque pas très importante et même anecdotique : avec ce tirage sur SU déjà posé, on aurait pu jouer SUPERFLUE, j’avais prévenu !
Coup 9 : Tirage avec 2 U … et un G, qui permet de jouer GUEUSAT ou la belle anagramme AUGUSTE. Claudine perdra juste 4 points en ne voyant pas, ou en se refusant (bon, vous avez compris que ça marche dans les 2 sens …) TAGUEUSE !
Coup 10 : Un coup très stressant car devant, beaucoup de joueurs ont loupé un mot courant DECLINER mais il faut dire que la grille était bien ouverte et que le D d’appui n’était pas la première lettre visible. En effet, le I de DECLINER transformait BRIMA en BRIMAI. Paradoxalement, il a été peu loupé derrière (j’écris en connaissance de cause, moi qui arbitrais les 15 dernières tables) sauf par ceux qui ont tenté « cilèrent » ou qui ont paniqué et qui ne connaissent pas CRENELAI, joué par Claudine … en tremblant. CRENELAI, qui perdait 23 points sur DECLINER (le verbe CRENELER signifie « denteler »).
Coup 11 : Avec HALEINE ou INHALEE implaçables, certains ont flambé « haleiner » ou « halenier » alors qu’il fallait encore conjuguer pour dégoter HELAIENT, en triple, qui prenait plus d’une cinquantaine de points sur le sous-top.
Coup 12 : Petite anecdote. Claudine joue EXO en L6 et perd 3 points sur EXON … en L6 ! La partie 2 a fatigué les organismes !!
Coup 13 : Raymonde Berthaud, joueuse d’Angoulême, sera la seule (de la salle) à jouer TOSA, sympathique chien-chien d’attaque japonais.

Coup 15 : Vous prenez « FR?GLTI » et vous avez 3 minutes pour trouver le seul scrabble jouable en appui avec ces lettres. Certains joueurs tenteront « flirtage » (tiré de la fameuse chanson du regretté Michel Delpech « pour un flirtage avec toi, je ferais n’importe quoi » …) et c’était, effectivement, n’importe quoi. Ils seront les premiers à regretter de n’avoir pas joué … FILTRAGE !
La fin de partie ne créera pas de grands écarts, le mal était fait.

Claudine (16ème de la partie à – 92) assure le principal en grattant une nouvelle place au cumul : elle termine 9ème et se qualifie brillamment pour la finale du Championnat de France, qui aura lieu le 7 et 8 mai à Vichy, et représentera avec Franck (et peut-être Denise, qui n’avait pas voulu disputer la Phase 3, si elle se qualifie à la finale régionale) le club de Hiersac. Certains joueurs ont explosé (les 2 Royannaises Louisette et Christiane, les 2 Rochelais Danielle et Jean-Guy Simonnet et les 2 Marie-Claude Angoumoisines) permettant à Jacqueline Le Courtois, François Aubin, Stéphane Augène, Mireille Le Guédart, Bernadette Jolivet et Lily Chaboisson d’intégrer le top 20, synonyme de qualification pour Vichy. Bravo à tous les qualifiés … mais aussi aux autres joueurs !

Le retour à Angoulême-City se fera par des petites routes (toujours aussi solitaires qu’à l’aller) qui tournent, qui tournent … avant d’arriver sur la N10, où ça roule, ça roule vite !! Franck, bien crevé par sa journée laissera le volant à la femme en forme du week-end, malgré son année supplémentaire, vous avez tous reconnu LUCANIDE ! Dernière info : saviez-vous qu’avec les lettres «CLAUDINE B. », on ne peut former qu’un seul mot sur lettre d’appui ? Cherchez un peu et quand vous aurez trouvé ce mot de dix lettres, vous l’aurez bien cernée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *